AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Troublantes Ressemblances [PV:Elena]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Troublantes Ressemblances [PV:Elena]   Dim 13 Déc - 0:58

Fell’s Church. Petite ville banale des Etats-Unis en Virginie. Et comme en tout autre endroit, chacun et chacune vaque à ses occupations. La plupart des parents, même des adolescents, emmène en voiture leurs progénitures à l’école, les vieillards lisent le journal avec lassitude, et certains chanceux dorment encore. Car ce jour est un jour maudit pour les étudiants : la rentrée.

Les couloirs du lycée de Fell’s Church ressemblaient à une fourmilière, tant l’effervescence des lycéens étaient dense. Les portes de métal des casiers se refermait et certains regards semblaient irrémédiablement attirés par une silhouette non familière. Stefan Salvatore. Il marchait d’un pas tranquille, évitant de fixé quelqu’un ou quelques choses en particulier. Il était simplement vêtu d’une chemise, et d’une veste de cuir. Sur son épaule, il laissait pendre son sac dans lequel était clairement rangé ses manuels et cahiers nécessaires. Que faisait-il ici ? Comme toute autres personnes présentes, il venait pour étudier. Vous devez bien rire derrière vos écrans. En effet, le vampire connaît sur le bout des doigts tout ce que pourrait lui énoncer les professeurs de l’établissement. Chacun d’entre eux ; aussi vieux puissent-ils paraîtres; pourraient être son arrière-arrière-arrière […] petit enfant. L’auraient-ils su que s’en aurait été bien trop troublant et invraisemblable pour leurs raisons.

Stefan mit quelques temps à se repérer. Il revenait tout juste à Fell’s Church, chez son oncle - ou plutôt un descendant de sa famille - Zach. Il profitait pleinement du répit de l’absence de son frère. Pour diverses raisons bien trop longue à expliquées, ce dernier avait décidé de rendre son éternelle existence, un éternel enfer. Depuis quelques décennies seulement. Durant ces dernières années, Stefan avait découvert qu’une jeune femme vivait ici. Une jeune femme qui l’attirait irrémédiablement dans cet endroit. La réplique même de Katherine. Même s’il l’avait voulu, il n’aurait pas pu s’éloignez de Fell’s Church. Il avait vécu des années de solitude et il connaissait parfaitement les risques. Mais il avait besoin de la connaître et, de comprendre pourquoi cette ressemblance frappante était-elle présente chez elle.

Le buveur de sang leva les yeux vers une pancarte, lui indiquant que l’administration se trouvait justement là. Parfait. Stefan poussa d’une main le battant de la porte de métal et, entra. La salle n’était pas bien grande, mais le comptoir de la secrétaire s’y entassait. Quelques chaises étaient collées contre le mur, surement pour les élèves en attente. Il n’y en avais aucun. Stefan s’approcha de cette femme d’une trentaine d’années, assise sur sa chaise, qui leva les yeux à son approche. Stefan était habitué à ce qu’on écarquille les yeux à sa vision. N’étais-ce pas un des dons de la race vampirique ? Au cours de six derniers siècles il avait remarquer à quel point les humains étaient sensibles à sa présence. Au départ, lorsqu’il avait put surmonter ses pulsions sanguinaires en présence d’êtres à sang chaud, cela l’avait troublé. Mais comme certains dirai, on s’habitue à tout.

Stefan se racla la gorge lorsque la secrétaire lui demanda en quoi elle pouvait lui être utile. Le vampire prit la parole, d’un ténor voluptueux, aux accents chantants :

« Bonjour madame. Je suis Stefan Salvatore, je vous ait envoyez mon dossier il y a plusieurs semaines, pour mon inscription dans cet établissement. »

Elle mit le pria un instant de patienter et, se mis à parcourir la pile de dossier qui s’entassait sur le côté de son bureau. Elle sembla tomber sur le bon et elle le parcourut un instant. Stefan jeta un coup d’œil rapide sur le post-it collé dessus avec des indications soulignées vivement à l’encre rouge. Avant même qu’elle est repris la parole, Stefan identifiait la nature du problème.

« Je suis désolée Mr Salvatore mais votre dossier est incomplet. Il manque votre dossier médical et votre livret scolaire sur lequel nous insistons »

Elle leva les yeux vers lui en attendant sans doute une réaction de sa part. Stefan ne pouvait en aucun cas lui offrir ses requêtes. Il n’était plus aller à l’école depuis 1419 et s’il venait à se rendre à une visite médical, le médecin en question s’étonnerait de la température de son corps, et il aurait beau boire des litres de café cela ne changeait pas énormément de choses. De plus, l’absences de rythme cardiaque serait un détail suspect … Le vampire retira ses protections oculaires. Il ne lui suffirait que d’un instant, qu’elle croise son regard et le tout serait jouer. Stefan mit tous ses dons de corruption à l’œuvre sachant pertinemment qu’ils étaient bien faibles. Mais ce serait suffisant pour qu’elle accepte de lui donner son emploi du temps :

« S’il vous plaît regardez une nouvelle fois. Je suis persuadé d’avoir tout mit dans mon courrier »

Ses accents avaient presque pris une note charmeuse. Et lorsque la secrétaire baissa les yeux, avant de les relevés, elle sembla se rendre compte que rien ne manquait. Elle lui tendit sa feuille de cours et il la remercia avant de la glisser dans sa poche et de se retourner. Il passa devant une jeune femme à la peau brune, avant de continuer son chemin et …de se cogner contre quelqu’un. Sa réaction fut automatique :

« Excusez moi, je ne vous avais pas vu »…


Avant même d’avoir reconnu ce visage si familier…
Revenir en haut Aller en bas
Elena Gilbert
Admin
avatar

Mes relations :




Un pitit lien ? ***

Un pitit rp ? ***


Age du personnage : 17 ans
Messages : 170
Date d'inscription : 19/11/2009

MessageSujet: Re: Troublantes Ressemblances [PV:Elena]   Dim 13 Déc - 1:46



[hj : j'ai fait un peu différemment du pilot... je trouvais ça plus intéressant x)]


Bon… On respire… On se détend… Et tout va bien. Je vais bien. Je me l’étais répétée toute la matinée pour m’en convaincre afin d’arriver de faire de même ave les autres. Je ne les avais pas revu depuis la fin des cours derniers. J’appréhendais. Je ne voulais pas y aller. Quand j’entendis le klaxon je grimaçais. Bonnie était venue me chercher. Dois-je vraiment monter dans cette voiture ? Dois-je vraiment aller là-bas ? Ne puis-je pas me renfermer dans ma chambre et ne plus en sortir ? Je croisais alors Jeremy et je me dis que je n’en avais pas le droit. J’étais l’ainée. Je devais rester forte. Pour lui… Je savais qu’il devait peiner autant que moi-même s’il ne disait rien. Peut-être même plus. Bon ! Allez hop ! Une gorgée de café et je descendais l’allée pour monter dans la voiture de Bonnie. Elle me sourit et ne me posa pas la question qui tue : ça va ? De toute façon au fond elle connaissait la réponse. Je fis alors étalage de mon premier sourire qui se voulait rassurant et je lui dis bonjours. Elle se mit alors en route me racontant ses vacances et un truc au sujet de sorcières et de rapport avec sa grand-mère. Je ne suivais pas tout trop concentrée à me répéter encore : ça va ! Je vais bien ! Salut… Oui oui t’inquiète je vais mieux ! Ou encore : oui oui j’ai passé de bonnes vacances et j’ai bien ri !

BONNIE « Elena ! Tu m’écoutes ?! »

ELENA « Euh… Je… Je suis désolée. »

BONNIE « Ce n’est pas grave. »

Je me forçais alors à l’écouter et répondre. Je devais arrêter d’y penser et commencer à vivre. C’était dur mais je sais que papa et maman aimerait enfin me voir relever la tête. Je repensais alors à Matt. Le pauvre… Je lui avais passé un sms. Je ne pouvais pas continuer avec lui et on le savait tous les deux même si lui voulait s’accrocher. Je le sentais. Mais je ne pouvais pas continuer. La mort de mes parents m’avaient complètement renfermé sur moi et je ne me sentais plus tellement à l’aise avec Matt comme avant. Je sentais que mes sentiments étaient loin aujourd’hui. J’avais vraiment besoin de tout changé. De A à Z. J’avais d’ailleurs mis un haut neuf. Que je n’avais jamais mis. Jolie… pas trop sexy non plus mais qui me mettait quand même en valeur comme la plupart de mes vêtements. J’avais aussi décidé de laisser mes cheveux retomber dans mon dos. Lisse… Je les bouclais souvent dans le passé. Mais aujourd’hui je voulais vraiment changer. Cette mort aura fait de moi quelqu’un de nouveau quelque part. Bonnie aborda alors le sujet Matt quand on le croisa. Je lui expliquais la situation. Sa regard avait l’air torturé en me voyant mais je savais que c’était le mieux pour nous… Je lui montrais aussi une personne qui se voulait enjouée même si parfois j’étais lasse. L’envie de recommencer et de profiter de cette rentrée même si mon fort intérieur préfèrerait courir direct vers son lit, la tête sous l’oreiller. Bon. Les cours allaient bientôt commencé. Bonnie s’arrêta net devant l’accueil. Je la regardais d’un air interrogatif pour suivre son regard vers… un jeune homme. Je souriais intérieurement quand elle commença à dire qu’il avait l’air canon. Moui… Je ne sais pas… peut-être. Bon d’accord j’avoue qu’il avait l’air beau. Bonnie voulait alors qu’il se retourne. Mon regard quand à moi fut attiré par Matt. Il fallait vraiment que je lui parle à celui-là. Je sais c’était ridicule mais je voulais qu’on reste ami malgré tout. J’avais peur d’un peu trop rêver mais je voulais espérer. Je quittais alors Bonnie un instant la laissant à ses rêveries tandis que je filais vers Matt. Il entra dans les toilettes des mecs. J’y vais au culot et je rentre ou je l’attends à la sortie. Je posais ma main sur la porte mais au dernier moment je ne rentrais pas. Peut-être la peur qu’il me dise : non désolé on ne peut rester ami c’est trop me demander. Je finis alors demi-tour pour percuter quelqu’un.

STEFAN « Excusez moi, je ne vous avais pas vu »…

ELENA « Non… C’est moi. Au dernier moment j’ai… »

Je venais de relever les yeux replaçant une mèche derrière l’oreille. Je ne m’attendais pas à tomber sur lui. Il était plutôt beau garçon je devais l’avouer. Encore plus beau que de dos. J’en avais arrêté de parler.

ELENA « Tu… Tu es le nouveau de l‘accueil ? Je t’ai vu de dos avec mon amie. Bienvenue. »

C’était la moindre des choses. Je souriais alors légèrement mais sincèrement oubliant le « oui… je vais bien d’apparence mais je souffre. ». J’en oubliais même tout en croisant ses yeux. Ils étaient envoûtants à un tel point que je ne pouvais pas m’en décrocher. Bonnie aurait rigolé je pense en me voyant. Je finis alors par détourner le regard me reprenant. Ce n’était quand même pas le premier beau mec que je croisais même si j’avouais qu’il les dépassait tous. Je restais alors naturelle en lui souhaitant une bonne journée et passa mon chemin. Ou pas… Il me barrait la route. Je souriais. Je voudrais passer là… Je ne le regardais plus tellement. Il ne valait mieux pas si je ne voulais pas me perdre complètement dans son regard et en rester accrocher jusqu’à ce que la sonnerie me réveille si tenté qu’elle y arrive. Seulement comment faire pour ne pas craquer et lever les yeux quand la personne se trouve sur votre passage. Je relevais alors les yeux. Que la pensée de le connaître ne me vienne pas à l’idée… Laissez-moi souffrir en silence. Ne me laissez pas ouvrir la bouche cherchant à connaître son nom… sa provenance… Pourquoi il venait dans ce lycée. Je me faisais violence. Je savais que si je m’intéressais à ce garçon ça ne le ferait pas pour Matt.

ELENA « Je suis désolée… Je dois aller en cour. »

Et je passais… Mais sur le chemin je me retournais vers lui. Aille non pas cette pensée. Il était canon c’était plus fort que moi. La sonnerie retentit alors. Je rentrais dans la classe. Je m’installais à ma table habituelle tranquillement. Mon sac posé au sol je me redressais pour penser à m’asseoir quand je croisais le regard de Stefan. Ne me dites pas qu’on est dans la même classe. Je voyais toutes les autres filles l’admiraient. C’était dingue comme il pouvait attirer l’attention. Je me faisais violence pour ne pas en faire de même. Il se mit alors à la table libre un peu derrière moi tandis que je sortais mes livres et que le professeur commençait…


___________________________

    Non non j'ai rien fait c'est pas moi...
    Suis toujours innocente :p ...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vampire-diaries.bbactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Troublantes Ressemblances [PV:Elena]   Dim 13 Déc - 15:49

|[HJ: J'ai adopter la 1ere personne c'est plus facile si ont est tout les deux sur le même point de vue.]

C’est avec un certain soulagement que j’avais saisi ma feuille d’horaire et que j’avais quitté le secrétariat. Durant un instant, j’avais craint que mon don de corruption soit encore plus faible que je ne l’avais escompter. Je l’utilisait si rarement. Et mon régime alimentaire n’était pas pour améliorer mes aptitudes. Comment aurais-je procédé si cela n’avait pas fonctionner ? Je n’aurai eu qu’a tourner les talons et à quitter cet endroit d’études. Mais alors, mes chances de me rapprocher d‘elle auraient été nettement réduites. Heureusement pour moi, cela avait suffit.

Je traversa le couloir bondé d’élèves tout en jetant un coup d’œil à mon emploi du temps. C’était bien ma veine tiens ! Je commençais pas une heure d’histoire. Un sourire ironique vint se peindre durant quelques fractions de secondes sur mes lèvres. Je fourra le papier dans l’une des poches de ma veste et commença à jeter de furtifs coups d’œil aux portes, afin de trouver le numéro de ma salle. Alors que je ne regardait pas vraiment où j’allais, je percuta malencontreusement une jeune femme, qui se trouvait semblait-il juste en face des toilettes pour hommes. Mécaniquement, je me rependit en excuses :


ELENA « Non… C’est moi. Au dernier moment j’ai… »

La jeune femme s’interrompit et, moi-même peina à garder un visage naturel, ou du moins qu’il m’en coûte, impassible. Et ce ne fut pas chose aisée. Devant moi, se tenait la jeune femme. Celle qui me poussait à chercher cette maudite salle de cours alors que je connaissait probablement le programme d’études sur le bout des doigts. Mes yeux se plissèrent légèrement tandis que je la contemplait. Je masqua du mieux que je put l’émerveillement qu’elle provoquait en moi. Et si mon cœur n’avait cessé de battre il y a de cela des centaines d’années, il aurait probablement manqué quelques battements et, déréglé mon rythme cardiaque. Elle était identique au souvenir que je conservais précieusement de Katherine. Rien de son physique n’était différent. S’en était même troublant. Ses yeux, sa bouche jusqu’à ses mimiques. Seuls élément notable qui la différenciaient, ses cheveux. Au temps où je vivais mon humanité, la mode italienne était de portés de soyeuses boucles, soigneusement structurées. Or, la chevelure de la jeune femme ne pouvait certainement pas être plus raide qu’elle ne l’était. Les modes changent. Et puis, l’Italie et les Etats-Unis ne sont pas des pays très…semblable.


ELENA « Tu… Tu es le nouveau de l‘accueil ? Je t’ai vu de dos avec mon amie. Bienvenue. »

Ma joue se creusa d’une jolie parenthèse, alors qu’un sourire en coin creusait l’ivoire de ma pommette. Je pris alors la parole de ma voix habituelle, tout aussi involontaire qu’agréablement séduisante :

« Oui. J‘ai emménager cet été à Fell‘s Church. Merci pour… ton accueil »

Elle eut un léger sourire et, le silence vint s’installer entre nous. Je dois avouer que j’étais extrêmement curieux d’elle. Presque inconsciemment j’observait chaque centimètre carré de son visage de mon regard brûlant. Soudainement, elle détourna les yeux, dérangée. Ce n’est qu’a cet instant que je me rendis pleinement compte que je n’avais cesser de la dévisager tout au long de notre échange. Je l’avais très certainement mise mal à l’aise.

ELENA « Je suis désolée… Je dois aller en cours. »

J’acquiesçai et j’effectua un pas sur le côté pour m’effacer de son passage. La sonnerie venait de retentir et je ne savais toujours pas où je devais me rendre. Et je n’irais surement pas la dérangée. Je suivit sa progression du regard, jusqu’à ce que je l’a vis entrer dans une salle la tête baissée. Mon regard se leva lentement vers le haut du panneau métallique et la chiffre que je cherchais depuis quelques minutes, m’apparut. Voilà qui était bon. Marchant sur les pas de la jeune femme je ne mis que quelques instants à passer le seuil à mon tour. Presque immédiatement, je sentis un bon nombre de regards intrigués se braquer vers moi. Je resta impassible, autant que je le put. Il était facile de berner les humains par des façades basiques. Je repéra un pupitre libre à une paire de rangées derrière le sosie de Katherine tout autant sur sa droite. Je fit mine d’ignorer le regard qu’elle portait sur moi et je m’assit comme tout étudiants ordinaire à ma chaise. Je déposais ma besace au sol et patienta le temps que l’instituteur entra à son tour. Ce qui ne tarda pas. L'homme était de taille respectable, sa peau était de couleur et sa chemise lui donnait un air sérieux. Après de rapides présentation il entama son cours sur l'histoire de la Virginie. Je l'écoutai d'une oreille distraite. Mon regard portait deux rangs en avant sur ma gauche. Darder sur sa nuque. De temps en temps je jetai des coups d'oeils au tableau afin de ne pas avoir l'air complètement désintéressé, ce que j'étais toutefois. J'avais pour partie vécu certains des évènements cités par l'enseignant. Qu'avait-il à m'apprendre ? Une sensation d'être observé me démangea durant un instant et, je jeta un regard circulaire à la pièce afin d'en découvrir la source. Pas très dur à deviner. Lorsqu'elle se rendit compte que je l'avais remarqué, ses joues s'empourprèrent légèrement ce qui me tira un léger sourire. Sourire qui se fâna lorsque j'entendis l'instit prendre la parole à l'adresse de la jeune femme :

« Melle Gilbert pouvez vous me dire en quelle année la Virginie à t'-elle rejoint la Confédération ? » interrompit soudainement le professeur

Mon regard alla du prof d'histoire à la jeune femme, accompagné d'un froncement de sourcils. Je connaissais la réponse à cette question. J'espèrais seulement qu'elle aussi la connaissa. Et je ne souhaitai pas la mettre de nouveau mal à l'aise en répondant à sa place, peut-être cela la vexerait-elle ? Je décida que j'interviendrais seulement en dernier recours, s'il en venait à ce qu'elle soit à cours de mots...
Revenir en haut Aller en bas
Elena Gilbert
Admin
avatar

Mes relations :




Un pitit lien ? ***

Un pitit rp ? ***


Age du personnage : 17 ans
Messages : 170
Date d'inscription : 19/11/2009

MessageSujet: Re: Troublantes Ressemblances [PV:Elena]   Dim 13 Déc - 17:39


C’était étrange… Je ne saurais l’expliquer mais impossible d’orienter mes pensées ailleurs que pour lui. Je me battais pour ne pas penser au nouveau mais je ne pouvais m’empêcher de repenser au timbre de sa voix si sexy… au regard qu’il avait complètement envoûtant. A son corps trop sexy. Inutile de le voir dans les vestiaires des mecs pour savoir qu’il devait être bien fait. Et apparemment je n’étais pas la seule à le penser quand je voyais pas mal de filles le regarder aussi discrètement qu’elles le pouvaient. J’en serais presque jalouse c’était complètement idiot. Que ne me vienne pas dans l’idée de lui parler à la fin de l’heure même si ça me démangeait intérieurement. Je regardais alors le professeur mais mon esprit était complètement ailleurs. Je ne pensais qu’à lui me demandant d’où il nous venait. En tout cas une chose que j’étais presque sûre : il avait 17 ans. Ou alors il avait redoublé… Enfin peu importe. Le cour… Je tentais de me reconcentrer. Mais pas facile quand l’histoire n’a jamais été mon truc. Je finis par regarder mon livre sans grande conviction. L’envie de le regarder alors malgré moi me démangeait… Je soupirais intérieurement. Je devais me l’interdire. Surtout devant Matt qui n’était pas loin. Et pourtant malgré moi je me retournais légèrement. Aille. Il était encore plus beau que ce que je ne pensais. Mon regard croisa alors le sien et je détournais le mien sans réussir à contenir un léger rougissement. Manque de bol il n’y a pas que le nouveau qui dû remarqué que je ne suivais pas trop…

PROFESSEUR « Melle Gilbert pouvez vous me dire en quelle année la Virginie a-t-elle rejoint la Confédération ? »

ELENA « Euh… Je… Je ne sais pas professeur. »

PROFESSEUR « Il serait peut-être temps de suivre le cour mademoiselle. J’ai été indulgent l’année dernière vu les circonstances mais cette année je ne vous ferais plus de cadeaux ! Il serait temps de s’y remettre. »

ELENA « Oui professeur… »

C’est alors que le nouveau intervint me sauvant d’une humiliation encore plus intense. J’avais senti que le professeur ne se serait pas arrêté là si personne n’était intervenu. Je me sentais alors un peu mal… Je savais qu’il avait raison mais même si ça faisait 4 mois je n’arrivais pas totalement à m’en remettre. J’aimerais tellement effacé mon chagrin en un clin d’œil comme quand le nouveau était apparu mais il y avait toujours quelque chose pour me faire couler juste après encore plus bas. Je me retournais alors vers le nouveau pour lui souffler un « merci ». C’était la moindre chose. L’heure passa alors d’un ennui mortel. J’avais vraiment la sensation que ma montre se moquait de moi en faisant couler le temps que trop lentement. Et enfin la sonnerie retentit ! Je me faisais une joie de ranger mes affaires après deux heures de torture en Histoire. Voilà alors la pause. Bonnie me dit qu’elle me rejoignait au prochain cours parce qu’elle devait passer à l’accueil vite faire demander un truc. Bon… J’irais me poser dans un coin pour peut-être écrire dans mon journal et raconter comment peut se passer la pire rentrée de votre vie. Je sortis alors de la salle quand je vis le nouveau à l’entrée. Je ne pus alors m’empêcher de sourire.

ELENA « Le prochain cours ne se passe pas ici c’est inutile d’attendre là… »

Quand je repensais à ma phrase je me sentais vraiment débile. Il y a des fois où je devrais apprendre à réfléchir ou trouver autre chose pour engager la conversation ! Je grimaçais alors en m’excusant. Je crois que le professeur m’avait bien refroidit tout à l’heure. Je souriais alors légèrement et me rattrapée en disant :

ELENA « Désolée… Je devrais plutôt te remercier encore au lieu d’être désagréable… Euh… Si tu veux je peux te guider et te montrer un peu les lieux pour me faire pardonner ? »

Je l’invitais alors à me suivre. Je marchais alors un instant pour me retourner vers lui qui n’avait pas bougé. Je le regardais alors sans ciller. Il avait l’air dans ses pensées. A quoi pouvait-il bien penser ? Mon regard croisa alors le sien. J’eus des frissons sur l’instant qui parcouraient mon corps. C’était étrange comme ses yeux pouvaient brûler. J’aurais pu le comparer à un ange en enfer…

ELENA « Si tu ne veux pas je comprendrais… »

Je n’aurais jamais pensé avoir un ton aussi sinistre… Pourtant j’avais dit ça naturellement. Encore dans le couloir on se faisait alors face. Il avait l’air bien trop mystérieux. Je me mettais à sa place. Ça ne devait pas être facile d’arriver dans une nouvelle école où l’on connaît personne. Où l’on ne sait pas trop où se placer. Et ce doit être encore plus difficile quand on est dévisageait sans arrêt par pas mal de filles. Je baissais alors les yeux. Si ça se trouve je le gênais peut-être… J’avais parfois la sensation de ne pas me reconnaître. Moi si sûre de moi. Fut un temps où je l’aurais vu que je n’aurais pas hésité à mettre milles et un plan pour me l’approprier. Mais j’étais tellement perdue que je ne me sentais pas l’âme à jouer. Pas aujourd’hui… Mais ce n’était peut-être pas plus mal. Au moins ça m’éviterait de jouer comme j’en avais été capable dans le passé. Non aujourd’hui être simplement moi suffirait. Je finis par lui faire un signe de la main tout en souriant :

ELENA « Tu sais je ne mords pas… Tu peux me suivre. »


___________________________

    Non non j'ai rien fait c'est pas moi...
    Suis toujours innocente :p ...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vampire-diaries.bbactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Troublantes Ressemblances [PV:Elena]   Dim 13 Déc - 19:01

Alors que je fixai mon regard ardent, une nouvelle fois sur la nuque de la demoiselle, mes songes furent interrompus par la voix de l’instituteur interrogeant la jeune femme. Ainsi son nom était Gilbert. Hum… Un nom surement assez commun. En tout cas, il m’étais pas familier. La jeune femme ne sut répondre et les paroles de l’enseignant s’assénèrent durement sur elle. Je ne put m’empêcher de ressentir une certaine réversion envers lui. Comment osait-il énoncer pareilles paroles ? Je ne savais pas ce qui avait pu bouleverser la vie de la demoiselle, mais c’était surement quelques choses de durs à supporter. Et j’étais bien placé pour savoir que certaines blessures sont très longues à cicatriser. Une année ne suffisait surement pas pour combler le vide qu’un évènement peu creuser impitoyablement en nous-mêmes. Je pouvais constater qu’elle était surement une personne courageuse et, forte pour parvenir à sourire et à ne pas sombrer dans ce gouffre.

« Excusez-moi monsieur ; intervins-je, la Virginie à rejoint la Confédération en 1863 »

Je sentis quelques regards surpris se tourner vers moi. Surement que la plupart des élèves assis ici n’avaient pas eu l’intention d’intervenir ? Le regard de l’instit se fit légèrement agacé par mon intervention. Je m’en fichais comme de l’an quarante, au moins, il avait détaché son attention de la jeune femme. Et c’était pour l’instant, tout ce qui m’importait.

« En effet, Mr Salvatore. Je reprends donc. Lorsque la Virginie à été divisée en…»

Je tourna la tête vers la jeune femme en lui adressant un mince sourire, qui se voulait réconfortant, même si j’ignorai les causes de sa souffrance. Je vis ses lèvres bouger doucement et capta le message qu’elles me transmettaient. Un remerciement. J’hochait la tête, signifiant clairement que ce n’était pas grand-chose avant de simuler une nouvelle attention aux paroles de l’instit.

Les deux heures de cours me parurent longues et à la fois très courtes. Je ne me lassais pas de mes coups d’œil furtifs en direction de la demoiselle. Je sentais le poids d’un regard négatif sur ma nuque, mais n’osais me retourner. Je ne craignais rien, mais je ne souhaitais pas particulièrement que l’enseignant interrompe son cours pour m’interroger sur les raisons de mon retournement.

Au bout d’un temps, la sonnerie stridente annonçant la cessation des cours pour une durée minime, un intercours, résonna contre les murs des couloirs. L’enseignant fut coupé dans sa phrase par le raclement des chaises contre le sol des étudiants désintéressés . Il dû hausser le ton pour que chacun note dans son agenda les devoirs à faire pour le prochain cours, ce que je notai de manière distraite. Je saisi ma besace au sol et y rangea mon manuel avant de passé la lanière de cuir sur mon épaule. Une nouvelle fois, je dû sortir mon tableur d’horaire pour découvrir avec peu d’enthousiasme que mon prochain cours était Français. Je parlais couramment plusieurs langues. L’italien évidement, l’anglais. J’avais beaucoup de notion de français également. L’heure à venir s’annonçait vide d’intérêt. Je me tenais au beau milieu de l’entrée grouillante d’élèves. S’étaient parfois impressionnants. Tout le monde ici semblait avoir une place. Je me sentais presque en décalage. Cela faisait si longtemps que je n’avais pas vécu en communauté. Je me sentais…tâche dans un décor parfait.

ELENA « Le prochain cours ne se passe pas ici c’est inutile d’attendre là… »

Mes yeux se relevèrent automatiquement vers la provenance de la voix. Elle se tenait là, à seulement quelques pas de ma personne. Elle semblait hésité à m’adresser la parole et je l’a vis clairement se mordre la lèvre inférieure.

« Oui je sais , répondis-je un sourire naissant sur mes lèvres, c‘est juste que j‘essaie de me repéré au mieux »

Après un court instant de silence, elle me proposa de me guider à travers l’établissement pour se faire pardonner d’avoir été désagréable, pour me remercier. Je fronçai les sourcils durant un instant, essayant de me repasser le fil de la discussion. Nullement qu’elle m’avait sembler ‘désagréable’ comme elle le disais. C’était surement une impression qu’elle avait dû se donner face à ma réponse peut-être je n’en sais rien. Je me rendis compte qu’elle avait fais quelques pas en avant et qu’elle s’était stopper à quelques mètres en remarquant que je ne l’a suivais pas. Elle me dit que si je ne voulais pas la suivre elle comprendrait. Se méprenait-elle sur mes réactions ? Grandement apparemment. Elle ajouta qu’elle ne mordait pas. Cette remarque eut le don de me tirer un net sourire en coin (spécialement signé Salvatore xD satisfaite ou remboursé :gni). Si seulement elle était consciente de l’ironie de sa phrase, elle se sauverait en courant xD. Je me décida enfin à m’animer et à la rejoindre en quelques enjambées :

« Excuse-moi j‘étais en train de réfléchir. Bien sur que je serais ravi que tu me fasses une petite visite guidée. Je crois qu’on partage le même cours de français » déclarais-je


Enfaite je ne le croyait pas, je l’espérais fortement. Il y avait toutefois de fortes chances pour que mes espérances se réalisent. D’ailleurs elle me le confirma, ce qui me fit lâcher un soupir de soulagement, imperceptible. Nous avançâmes en direction de notre prochain cours, sans grands mots dits. Je ne désirais pas de silence gênant. Aussi m’appliquais-je à briser la glace :

« Au faite, je ne me suis pas présenter. Je suis Stefan Salvatore. J‘espère que mon intervention ne t‘a pas mise mal à l‘aise toute à l‘heure. Tu as eu des …problèmes scolaires l‘an dernier ? » me risquais-je à l’interroger
Revenir en haut Aller en bas
Elena Gilbert
Admin
avatar

Mes relations :




Un pitit lien ? ***

Un pitit rp ? ***


Age du personnage : 17 ans
Messages : 170
Date d'inscription : 19/11/2009

MessageSujet: Re: Troublantes Ressemblances [PV:Elena]   Dim 13 Déc - 20:45


Je ne croyais pas mordre… je lui lançais alors un sourire qui se voulait confiant. Il finit par me rejoindre et on cœur s’emballa. Il avait une façon de se déplacer vraiment trop sexy. Je pourrais m’en mordre les lèvres si je ne me retenais pas. Il s’excusa alors pour avoir réfléchi un instant. Je ne l’écoutais qu’à moitié en train de l’admirer. Plus je passais du temps avec lui et plus je le trouvais mignon… Il me confia alors qu’il était ravi de faire cette petite visite guidée. Ce midi ? Comme ça je l’aurais pour moi… Moi vouloir me l’accaparer ? Non ce n’est pas vrai… Je n’oserais pas xD ! Il parla alors du cours de français. Pour ma part je l’avais juste après. J’en déduisais que lui aussi. C’est d’ailleurs pou ça que je répondais à l’affirmatif à sa supposition. Histoire et français ensemble… Rien qu’à cette idée mon visage s’illuminait. J’adorais cette idée de partager mes cours avec le nouveau. Pourquoi ? Je l’ignorais. J’avais cette envie d’en découvrir un peu plus sur lui. Il m’accompagna alors au prochain cours. C’était silencieux mais pas gênant pour ma part. J’avais l’habitude du silence depuis le décès de mes parents et parfois c’était préférable. On arrivait alors dans un autre couloir. Je nous guidais vers notre prochain cours qui était à l’étage. Je pensais alors prendre l’escalier de l’aile Est. Ça irait… moins vite. Bon d’accord j’avoue ! Je nous faisais faire un sacré détour. Mais j’en profitais un peu… Il était si agréable d’être en sa présence. S’en était troublant.

STEFAN « Au faite, je ne me suis pas présenter. Je suis Stefan Salvatore. J‘espère que mon intervention ne t‘a pas mise mal à l‘aise toute à l‘heure. Tu as eu des …problèmes scolaires l‘an dernier ? »

ELENA « Oh ne t’inquiète pas… Tu m’as plus sauvé d’une grosse humiliation. Le professeur n’a pas été très délicat mais je sais au fond qu’il a raison… »

Je n’avais pas répondu à sa question… Pourquoi ? Peut-être parce que c’était dur d’en parler surtout à un inconnu. On arrivait alors devant les escaliers. Je poussais la porte pour nous faire passer. On montait alors les premières marches, seul en silence quand je finis par m’arrêter en plein milieu en baissant la tête pour enfin lui répondre :

ELENA « Mes… Mes parents sont décédés il y a 4 mois. C’est encore dur à supporter mais je relève doucement la tête. Et puis je ne pense pas que maman aimerait me voir mal à cause d’elle… »

Je repris alors les marches. C’était dit… Comme ça au moins il comprendrait peut-être mieux certaine chose. Je le voyais alors pensif et tenta un sourire pour le rassurer. J’espérais ne pas l’avoir mis mal à l’aise avec mon histoire. Je refusais qu’il me prenne en pitié. S’il devait me parler c’était pour qui j’étais et non ce que j’avais subi. Je m’arrêtais alors juste en face de lui. Plus petite d’ordinaire mais une marche au dessus de la sienne mon visage était presque à son niveau.

ELENA « Mais je refuse que l’on me prenne en pitié pour ça. Je m’en remettrais et je n’ai pas besoin qu’on me parle juste parce que parfois je suis triste… »

Les choses mises au clair je souriais alors légèrement remettant une mèche derrière mes cheveux pour enfin me rendre compte que je connaissais son prénom mais qu’il ne connaissait pas le mien. Je tenais alors aussi à rectifier ça en lui offrant un sourire un peu plus joli et lui disant doucement :

ELENA « Elena Gilbert… Enchantée. Allez viens où on va rater le début du cours… »

Je l’entrainais alors dans le reste des escaliers pour arriver au premier étage. Je posais alors ma main sur la porte pensant la franchir avant de finalement me retourner vers lui. Une question me trottait… En fait pour être honnête beaucoup ! Je ne savais pas trop par où commencer. Je relevais alors les yeux choisissant la première qui me venait.

ELENA « Tu… Tu as bien 17 ans ? »

Bon. J’aurais pu trouver mieux. Je finis par sourire un peu gênée. Non franchement j’en avais tellement, pourquoi celle-là ? Peut-être histoire d'engager la conversation. Enfin j'aurais pu réfléchir quand même ! Je passais ma main dans mes cheveux en rougissant légèrement pour me reprendre.

ELENA « C’est ridicule comme question… J’aurais pu te demander, je ne sais pas… Si tu avais un frère ou une sœur… Où tu habites exactement… Mais non. »

Je soupirais le sourire aux lèvres en me retournant et posant ma main enfin sur la porte. C’était vraiment une question ridicule pour moi. Je voulus alors pousser la porte mais rien. Je fronçais des sourcils pour recommencer. Je finis par devoir constater qu’ils avaient fermé cette porte.

ELENA « Bon et bien je crois qu’on va devoir retourner sur nos pas, cette porte est bloquée. »

J’engageais alors un pas pour descendre. Mauvaise ou bonne nouvelle ? Mauvaise parce qu’on va vraiment arriver en retard et bonne parce que ça me faisait un peu plus de temps avec lui… Rien qu’à l’idée je m’en mordais les lèvres profitant de l’avoir à dos. Je lui faisais alors signe de me suivre…

___________________________

    Non non j'ai rien fait c'est pas moi...
    Suis toujours innocente :p ...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vampire-diaries.bbactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Troublantes Ressemblances [PV:Elena]   Dim 13 Déc - 22:50

C’était finalement bien agréable. De se mêler à la population. Certes, toutes ces odeurs, ces rythmes cardiaques étaient étourdissants. J’en avais la gorge sèche. Je ne devais surtout pas y penser. Mais il était dans l’intérêt de tous, que ce soir, je me nourrisse. Dans ma démarche, je ne devrais en aucun instant perdre le contrôle. Un pas en travers et ce serait fichu. Pour toujours. Oh je pourrais très bien lui faire oublier tel ou telle chose, mais à quoi bon ? Surtout que j’étais si peu doué pour ces choses là. Si elle apprenait que je l’ai un jour manipuler de la sorte, elle ne me le pardonnerait pas. Mais il n’y avait pas de raison qu’elle apprenne ma véritable nature. Bien sur, un jour je devrais partir. Elle finirait bien, comme beaucoup d’autre, par remarquer que mon visage et mon corps ne subissaient pas les intempéries du temps. Et elle chercherait alors, comme beaucoup d’autres, des explications. Et ces dernières je serais incapable de les lui donner. Mais ce temps, n’était pas encore venu. Je ne l’a connaissait que depuis quelques heures seulement. Aussi observatrice pourrait-elle être, la jeune femme ne pouvait être capable de voir que je ne vieillissais pas. Elle ne m’avais pas vu assez souvent pour émettre cette constatation. Et je n’étais pas spécialement pressé d’atteindre les temps où elle serait en mesure de le faire. Mais pour cela, je devais ne pas faire d’erreurs. Je me présenta à elle, tandis que nous empruntions un couloir nous dirigeant vers ce qui semblait être l’aile est de l’établissement.

La jeune femme ne répondit pas entièrement à ma question. Elle l’éludait plutôt. Je ne pouvais pas lui en vouloir, après tout, si elle ne tenait pas à partager cela avec moi, je n’allais pas lui forcer la main. Elle le ferait lorsqu’elle serait sure de le faire sans sombrer dans une tristesse.

ELENA « Mes… Mes parents sont décédés il y a 4 mois. C’est encore dur à supporter mais je relève doucement la tête. Et puis je ne pense pas que maman aimerait me voir mal à cause d’elle… »

Après un court silence, elle déclara qu’elle refusait la pitié des autres. Qu’elle s’en remettrais. Qu’elle ne souhaitais pas qu’on lui parle seulement pour sa tristesse. C’était donc cela. Mon visage se ferma durant quelques secondes. La perte de ses parents avaient dû l’anéantir. Il connaissait cette perte. Après tout, l’éternité ne pouvait se vivre qu’a regarder nos proches mourir. Et combler le vide qui se creusait jour après jours, était souvent bien difficile. Parfois même que l’on essayait de le remplir des décombres de ce qui à été brisé.

« Je pense que tes parents seraient fiers de constater que tu ne te morfondes pas dans ta chambre et que tu es le courage de continuer ta vie. » dis-je après quelques instants

Nous continuions notre progression à travers le dédale de couloir. Elle se présenta à son tour, Elena Gilbert. Je ne pu m’empêcher de ressentir un coup de cœur pour ce prénom. Magnifique. Nous arrivâmes au premier étages devant une portes battantes closes. La jeune femme allaient poussés les fameux battants, lorsqu’elle se retourna vers moi, la mine à la fois pensive, curieuse, et hésitante:

ELENA « Tu… Tu as bien 17 ans ? »

Comment ça j’ai bien dix sept ans ? Avait-elle soupçonner quelques choses dans mon attitude ? Quel crétin je pouvais être parfois. J’étais trop paranoïaque. Aussi je pris une mine grave faussement terrifiante :

« Nan j‘ai cinquante ans et je suis un impitoyable pervers » plaisantais-je

Je laissa une ou deux secondes, même trois passées avant de laisser m’échapper un petit souffle amusé. Il fallait bien rire dans la vie non ? Il parait que les gens aiment les personnes amusantes :d

« En effet j‘ai dix sept ans. Je ne les paraît pas ? » lui dis-je avec un sourire

La jeune femme sourit, et tenta de pousser sur le battant et… celui-ci refusa de céder un centimètre. Je vis Elena tenter de pousser sans succès. Je souris lorsqu’’elle me dis qu’’il faudrait revenir sur nos pas et faire un détour. Je l’a soupçonnait de faire duré son temps en ma compagnie. Ce n’était pas pour me déplaire. Au contraire même. Nous redescendîmes les escaliers doucement. Je la suivit une nouvelle fois, faisant confiance à son sens de l’orientation. Alors que nous étions encore loin de la salle, la sonnerie de reprise des cours retentit et je serra les mâchoires. Nous arriverons en retard. J’entravais sa scolarité maintenant, génial. On allait peut être m’accuser de mauvaise influence sur elle ? Cette idée me tira un sourire amusé. Je lui fit gentiment pressé le pas et nous arrivâmes devant la salle de français sourires aux lèvres. Ces derniers fanèrent lorsque le professeur nous indiqua la sortie. Cool. Une heure de permanence pour retard injustifiés. Décidément. Nous tournâmes les talons et ressortîmes dans le couloir la porte se refermant derrière nous.

« Tu te crois capable de trouver le chemin de la permanence ? » la taquinais-je
Revenir en haut Aller en bas
Elena Gilbert
Admin
avatar

Mes relations :




Un pitit lien ? ***

Un pitit rp ? ***


Age du personnage : 17 ans
Messages : 170
Date d'inscription : 19/11/2009

MessageSujet: Re: Troublantes Ressemblances [PV:Elena]   Dim 13 Déc - 23:59



Avait-il 17 ans ? Question idiote mais après tout il pourrait avoir redoublé ou sauté une classe. Qui sait… Donc pas si bête comme question au final. Et puis bon peut-être que c’était aussi pour m’assurer qu’il n’était pas majeur. Quoi ? Moi avoir dans l’idée de… Oh… et ben… Je crois que l’idée finalement me plaisait. J’adorais sa compagnie. Alors pourquoi chercher à le repousser ? J’avais l’impression de me retrouver peu à peu. Me mettais-je le défi de réussir à l’avoir pour moi ? Au fond que celle qui n’y a pas pensé une fois lève la main que je rigole un peu. Il faut être aveugle pour ne pas y avoir pensé. Rien que par son physique on pourrait avoir le besoin d’être près de lui. Mais en plus de ça il avait l’air sympa. Alors pourquoi se priver au fond s’il me faisait sourire ? Cinquante ans et pervers… Fallait la sortir celle là xD ! Sur le coup je l’avais regardé m’arrêtant net pour me tourner vers lui. Léger temps de réaction avant que je ne souris. C’était débile mais tout autant que ma question. Je l’avais mérité… Il me regarda alors amusé à son tour avant de rajouter :

STEFAN « En effet j‘ai dix sept ans. Je ne les parais pas ? »

ELENA « Si… mais je me demandais si tu avais redoublé ou quelque chose comme ça. C’était juste pour savoir… » dis-je en souriant autant que lui avant de tenter de pousser battant et de me prendre un vent qui me conduisit finalement à rebrousser chemin avec lui.

Ce n’était même pas fait exprès ! Enfin je ne pus m’empêcher de sourire. Si ça continue on allait être vraiment en retard ! J’entendis alors la sonnerie. On était cuit. Moi qui avais promis de bien reprendre les cours c’était foutu. Remarque au moins pour une fois ce n’est pas par déprime. Je me demandais ce que tante Jenna penserait de ça. Quoi que, elle serait bien capable de me dire que ce n’était pas grave pour cette fois mais que j’ai intérêt quand même à faire attention. J’avais une tante plutôt cool il fallait l’avouer. Il me pressa alors le pas même si au fond je savais que c’était trop tard. Je connaissais le prof de français. C’était direct en perm généralement. Et non je l’ai pas fait exprès ! Et voilà ! Arrivés ! Et aussitôt ressortis. J’aurais du parier tiens ! Je regardais alors Stefan d’un air désolé.

STEFAN « Tu te crois capable de trouver le chemin de la permanence ? »

ELENA « Ahah... Très drôle… On a deux heures de Français, normalement, et ensuite le petit déjeuner. Va falloir filer à la vie scolaire… On risque d'être enfermés tos les deux dans une salle pendant deux heures... »

J’en pris alors le chemin à la limite de trainer les pieds. Je savais qu’on allait se faire passer un savon. Et ça n’a pas loupé une fois arrivée. Je soupirais sans rien dire pour que la pionne finisse par dire qu’on la gonflait de devoir ouvrir une salle de permanence pour des terminales. Résultat des courses ? Ben elle l’ouvrit la salle… Mais on se retrouva que tous les deux dedans avec elle qui passe quoi… au pire deux fois grand max. Je m’en voulais tout de même un peu même si finalement je l’avais pour moi tout seule. Une fois installée sur une table à côté de la sienne et la pionne partie je m’excusais de l’obliger pour son premier jour d’être coincée dans cette salle.

ELENA « Si j’avais su je nous aurais pas fait prendre ce foutu couloir. »

J’ouvrais alors un cahier et un livre pour éviter de bosser un peu et m’avancer sur l’histoire. Enfin essayer… Le stylo à la bouche l’air pensive en réfléchissant je finis par dévier mon regard vers lui qui n’avait rien ouvert. Je finis par sourire.

ELENA « Tu bosses pas ? »

Remarque d’un sens j’avouais que je n’avais pas trop envi mais je me faisais violence. Je lisais alors le texte tranquillement quand je relevais les yeux. Il me regardait toujours… S’en était limite troublant. Je le pouvais pas m’empêcher de sourire une fois de plus.

ELENA « Quoi ? »

Il se contenta de sourire et moi du coup de rougir avant de me reporter sur mon cours. Non pas que c’était gênant qu’il me fixe comme ça mais j’étais complètement incapable de bosser. C’était trop troublant. Je finis par lâcher mon stylo et me tourner complètement vers lui. Je crois de toute façon que ce pauvre exercice je ne le ferais que ce soir. J’étais alors curieuse de savoir ce qu’il devait penser à me fixer comme ça. Il devait bien avoir une pensée pour rester aussi silencieux sans me quitter des yeux.

ELENA « A quoi tu penses ? »


___________________________

    Non non j'ai rien fait c'est pas moi...
    Suis toujours innocente :p ...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vampire-diaries.bbactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Troublantes Ressemblances [PV:Elena]   Mar 15 Déc - 0:33

ELENA « Si… mais je me demandais si tu avais redoublé ou quelque chose comme ça. C’était juste pour savoir… »

J’haussa un sourcil perplexe. Avais-je l’air aussi bête que cela ? Bien sur je n’attends aucune réponse à cette phrase purement rhétorique mdrr’. Néanmoins, je faisais certainement plus vieux. Peut-être étais-ce dû non pas à mon physique mais à une sorte d’aura qui donnait une impression de maturité ? Si seulement elle savait à quel point j’étais plus vieux qu’elle. Une légère différence de cinq cent quatre vingt douze ans.

Nous étions arrivés en retard. Ou du moins, trop en retard pour que le professeur de français accepte de nous accueillir dans sa salle de classe. Je sentais une légère pointe de culpabilité naître en moi, pour avoir empêcher la jeune femme d’être arrivée à l’heure. Car je ne pouvais pas me voiler la face, c’était de ma faute. Toutefois, mes pensées coupables furent vite chassé par l’enthousiasme de deux heures passées avec elle et non en compagnie d’un bouquin : Hamlet. Aucune hésitation entre les deux compagnies mdrr’. Surtout qu’Elena était bien plus mystérieuse pour moi que l’œuvre de Shakespeare. Qui ne connaissait pas Hamlet, fils du roi du Danemark qui pour venger son père dû simuler la folie ? C’est l’une des pièces les plus célèbres de l’écrivain anglais et depuis longtemps elle faisait partie du programme scolaire. Cette absence au cours ne me gênerait donc que très peu, voir même pas du tout. Étais-ce le cas de la jeune femme ? Sans penser qu’elle soit non cultivée, je pouvais me permettre d’en douter. Après tout, ce n’était pas vraiment de son époque, déjà que ce n’était pas de la mienne…

Je la taquinai en l’interrogeant sur ses capacités à retrouver la salle de permanence. Encore une fois j’eus du mal à ne pas m’extasier devant son sourire. La jeune femme me précéda sur le chemin vers la salle de permanence. Je la suivait sans un mot prononcés. Nous arrivâmes rapidement à la vie scolaire. La surveillante ne semblait pas spécialement ravie de devoir venir nous prendre en charge. Je lui adressa un mince sourire, dans le parfait but de ralentir ses envies de meurtres -haha xD. Elle pris ses clés et vint nous ouvrirent la salle. Elena et moi nous retrouvions alors seuls élèves présents. Naturellement, un premier jour de classe il n’était pas sensé y avoir foule dans ce lieu-ci. Toujours à la suite d'Elena, je la suivit entre les rangées et m'assis à côté d'elle, côté mur contre lequel je pris légèrement appui. En ouvrant son cahier, elle marmonna pour elle même que si elle avait sut, elle n'aurait certainement pas enprunter ce maudit couloir. Étais-je sensé entendre cette remarque ? Un fin sourire s'étala sur mes lèvres. Je me permettais de douter de cela. Non pas que je sois d'une grande prétention, j'étais à peu près sur que ma compagnie lui était autant agréable pour elle que la sienne pour moi. Je l'a dévisagea s'escrimer avec les pages de son cahier d'histoire. Je restais pour ma part immobile. Peut-être même un peu trop. J'aimais l'a regarder. C'était... comme de compenser des siècles et des siècles de privation. Je ne m'attardais que sur les fins traits de son visage et, déjà cela m'emplissait d'une joie intense et difficilement contenable. La perfection de ses traits en comparaison de ceux de Katherine n'étaient pas pour me laisser de marbre -haha-. Ses cils, leurs inclinaisons naturelles. La courbe de ses lèvres. Leurs formes. Je m'attardais sur ces dernières avec intensité lorsque la jeune femme tourna un regard vers moi, me demandant si je bossais. Je ne lui répondit pas sur le moment. Comme précédement, j'étais comme déconnecter de la réalité. Mon regard de braises se perdit un instant dans l'imagination de l'infinité de ses prunelles. Elles diffèraient de celles de Katherine. Leurs couleurs assurément. À nouveau, elle perçut mon regard et releva les yeux, déplaçant le rideau de cheveux bruns qui lui étaient tombés sur le visage, derrière l'une de ses oreilles. Elle sembla s'enquérir de mes raisons de la fixer ainsi. J'eus un demi-sourire en coin et avec une légère mais pas moins agréable surprise, je constatais que la rougeur de l'embaras lui était montée aux joues. Cela, je ne me souvenais pas l'avoir déjà observer chez son sosie du quinzième siècle. Et pour cause, à cette époque, Katherine était loin des capacités de pouvoir rougir.

ELENA « A quoi tu penses ? »

J'eus un léger froncement de sourcils pensif. Je ne pourrais certainement pas lui avouer que je pensais à une personne, décédée il y a plus de cinq cent années. Ce n'était pas entièrement elle. Je songeais à elle également. Mais pour une rencontre qui ne remontait qu'a quelques heures seulement, s'aurait paru assez proche du vieillard pervers de cinquante ans mdrr'. Aussi je répondis assez sincèrement avec un sourire qui fit s'animer l'inflexion de mes lèvres dures semblables à du marbre :

« Je songeais à diverses choses... tu es adorable lorsque tu rougis » me plais-je à la complimenter

Un nouveau sourire. D'un geste machinal, je tournais la bague qui me protegeais de l'astre solaire, autour de mon majeur, avant de m'arrêter, la replaçant à l'endroit. Je me leva un instant, essayant de ne pas approcher Elena de trop près pour ne pas la gênée, et retira ma veste de cuir que je posa tranquillement sur le dossier de ma chaise. Je m'adossa avec décontractation contre le mur et joignit mes doigts avant de reprendre la parole :

« Je me demandais aussi, si tu avais de la famille, à Fell's Church »

J'évita de nommer directement ses parents. Je ne voulais pas voir, de nouveau, l'éclair de tristesse traverser ses yeux. Y lire la souffrance de l'absence de ses géniteurs. Mais toutefois, j'étais bien curieux de savoir. Peut-être cela résoudrait-il le mystère de ses similitudes avec Katherine...
Revenir en haut Aller en bas
Elena Gilbert
Admin
avatar

Mes relations :




Un pitit lien ? ***

Un pitit rp ? ***


Age du personnage : 17 ans
Messages : 170
Date d'inscription : 19/11/2009

MessageSujet: Re: Troublantes Ressemblances [PV:Elena]   Mar 15 Déc - 20:05


A quoi pensait-il… Que signifiait ce regard en biais ? Cette façon de me regarder… Il me troublait à un point inimaginable. Plus le temps passé avec lui avançait et plus je n’avais qu’un souhait : qu’il s’arrête. Est-ce le diable qui l’a mis sur mon chemin pour me détourner de ma tristesse continuelle ? Je m’étais tellement complu dans ce malheur que j’en avais fait presque mon nid. Un nid que je ne voulais partager avec personne. Un nid que je refusais à Matt. Et voilà que cet inconnu débarque, fait battre mon cœur et me donne l’envie de sortir de ce cocon dont longtemps je n’ai pas voulu sortir. Je lui devais mes premiers sourires depuis des mois… De ses yeux noirs qui m’ensorcelaient complètement je me surpris à l’admirer. Il avait une beauté si douce et si envieuse… Peu d’hommes avait ce charme sans même sourire. Cette façon de se tenir droit pouvait donner l’envie de se tenir tout près de lui. Je ne devais surement pas être la seule dans ce lycée à ressentir ça. J’imaginais bien les pensées des autres. Cela ne me plaisait pas. Serais-je jalouse ? De quoi ? Je ne le connais même pas. Et pourtant j’ai bien envi de le garder pour moi. C’était trop tard… L’idée venait de s’insinuer en moi comme un doux poison que je ne pouvais plus retirer jusqu’au jour enfin où il arrêtera mon cœur…

Son froncement de sourcils à ma question lui donnait un air si sérieux qui lui allait à en faire tomber plus d’une. Dur de se retenir de se mordre les lèvres, je choisissais de reporter mon attention vers le cours. Histoire… Matière dont je n’ai jama vraiment aimé. Stefan ou l’histoire… Si Stefan ne passait pas son temps à être si canon il y a des chances que je choisisse Stefan à regarder. Seulement si c’était pour rougir ou me mordre les lèvres sans arrêt et admettre qu’il puisse me faire craquer moi c’était trop… Alors mon choix se porta alors sur l’histoire alors que mes pensées étaient tout de même complètement tournées vers lui. Je gardais alors une oreille attentive à sa plausible réponse.

STEFAN « Je songeais à diverses choses... tu es adorable lorsque tu rougis »

Et bien sûr ça ne loupa pas. Inutile de le regarder pour rougir encore plus. J’allai bientôt rivaliser avec mon stylo rouge que je venais de sortir ma trousse. Je ne le déboucha même pas. Stefan m’avait complètement arrêtée dans mon élan. Je ne pus m’empêcher de sourire. Adorable ? Est-ce ainsi qu’il me voyait ? Adorable… C’était un mot qui sonnait come une douce mélodie à mon oreille. Adorable… Je n’étais pas prête de l’oublier. Oh mon dieu ! J’étais en train de devenir comme ces groupies réagissant au moindre mot que peu dire un garçon canon ! Je me rattrapais alors de justesse pour éviter de devenir complètement superficielle à lui en ne lui adressant même pas un regard. J’étais consciente qu’il avait du voir mon sourire et mon rougissement bien plus prononcé à ses paroles mais je laissais un silence s’étendre entre nous mon regard posé sur mon livre. Un texte que je lisais sans vraiment me concentrer dessus. C’était limite si je ne relisais pas la même phrase depuis tout à l’heure essayant vraiment de me concentrer. Je ne le vis alors pas tellement se lever ni s’approcher de moi. Curieuse alors seulement de savoir ce qu’il pouvait bien fabriquer je relevais enfin les yeux d’un air des plus sérieux. Je le vis alors retirer sa veste de cuir qu’il posa sur sa chaise. Il s’adossa alors contre le mur alors que je reportais mon attention sur ce pauvre texte qui n’avait eu le droit que d’une pauvre concentration de ma part sur les deux premières phrases. Décidément je sentais que me concentrer près de Stefan était tout simplement impossible. C’est comme si tous mes sens étaient complètement en éveille au moindre de ses mouvements.

STEFAN « Je me demandais aussi, si tu avais de la famille, à Fell's Church »

Je refermais violemment mon livre. Inutile je n’y arrivais pas… Je regardais alors Stefan. Je me voyais l’approcher et lui dire de se taire. Poser ma main sur sa joue. Mon regard croiserait alors le sien. Je me poserais contre lui et dans un culot incontrôlé je déposerais mes lèvres sur les siennes. Ou pas. Je me gifler intérieurement pour avoir une telle pensée. Quoi ? Me dites pas que vous, vous n’y avait pas pensé une seconde ? Ben moi si… Malheureusement… En même temps comment être complètement insensible face à un canon pareil ? Bon Elena on se reprend ! Toujours assise sur ma chaise, le regard rivé vers mon lire que je venais de fermer, je lui accordai alors un regard en coin. Ma famille ?

ELENA « Je vis chez ma tante avec mon frère de 17 ans… C’est tout. »

Je n’aimais pas trop parler famille… ça me rappelait que trop ma situation qu’il me faisait oublier. Je ne voulais pas repenser à la mort de mes parents. Malgré moi une lueur de tristesse vint dans mes yeux. Mais je souriais pour qu’il n’y fasse pas attention. Je me levais alors doucement pour prendre mon livre et le ranger dans mon sac. Quoi que… Si la pionne débarque et qu’elle nous voit discuter je pourrais parier que ça sentait l’heure de colle à plein nez. Finalement je le reposais sur la table. Mon sac ouvert je vis mon journal intime que je trainais tout le temps avec moi d’une couverture émeraude. Ça faisait si longtemps que je le tenais. Il recouvrait mes pensées les plus noirs et les plus tristes comme les plus joyeuses. Le recueil même de mon cœur… Je reposais alors mon sac au sol. Je me tournais alors vers Stefan pour m’approcher sans non plus être contre lui.

ELENA « Et toi ? Tu as un frère ? Une sœur ? »

A ces mots je repensais au mien… Je m’inquiétais pour Jeremy. Il ne disait rien mas je voyais bien qu’il souffrait autant que moi. Je voulais l’aider mais je ne savais pas trop comment m’y prendre… Je finis alors par me poser contre le mur à côté de Stefan pour regarder le sol en face de moi. Je soupirais doucement à cette pensée. La famille ce n’est pas facile mais qu’est-ce qu’on ferait sans eux ? J’étais contente au fond que ce soit Jenna qui s’occupe de nous. Elle n’était forcément douée mais elle faisait du mieux qu’elle pouvait et moi je lui disais chapeau. Hériter de deux ado en pleine crise de souffrance et donc sacrifier une partie de sa vie ne devait pas être facile… Je finis par regarder Stefan quand il commença alors à me répondre…

___________________________

    Non non j'ai rien fait c'est pas moi...
    Suis toujours innocente :p ...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vampire-diaries.bbactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Troublantes Ressemblances [PV:Elena]   Mar 15 Déc - 23:59

Durant quelques instants, il me fut impossible de me détourner de l’image de la jeune femme. Bien sur, j’aurais pu me contenter de la garder à l’esprit, plutôt que de braquer mon regard sur l’objet des mes obsessions. Mais justement, c’était une obsession. Et le problème avec ces dernières; c’est que l’on ne peut se contenter de les avoirs à l’esprit. Je m’étais perdus dans la contemplation de ses cheveux bruns. Un long rideau qui lui tombait sur les épaules. C’était magnifique de voir les rayons du soleil qui traversait la vitre quelque part derrière nous, s’accrocher à cette texture soyeuse. J’évitais de trop la fixer. J’avais peur de la mettre de nouveau mal à l’aise. Lorsqu’elle m’avait demander à quoi je pensais je lui avait transmit le fond de ma pensée accentuée avec un semi-sourire digne d’un Salvatore xD.

J’avais perçu avec un certain plaisir la rougeur de ses joues. C’était quelque chose d’exclusif que de contempler ce phénomène sur ce visage. Je me souviens parfaitement du visage de Katherine. Blanc de craie. Je senti une pointe se faire quelque part dans ma poitrine. Certes, Elena avait le même visage que Katherine. Certains souvenirs d’elle reviendrait irrémédiablement vers moi. Il fallait savoir souffrir. Je commençais presque à croire que je devenais masochiste. Pourquoi restais-je auprès d’elle ? C’était douloureux. J’essayais de ne pas le faire paraître, mais le fait était là, et je ne pouvais me mentir à moi-même. Et en me voilant la face, je me causerait tout autant de douleurs, sinon plus encore. Je détournais mon regard assombris vers le bureau. Pour la forme, je sortis un cahier et fit mine de jeter des coups d’œil au manuel d’Elena, placé entre nous deux, telle une frontière délimitant une limite -haha- à ne pas franchir. Je n’oserais certainement pas m’approcher plus près d’elle. L’espace entre les tables n’était déjà en lui-même pas très vaste, il était bien inutile de raccourcir les distances de séparation dans l’inutilité. Quelque part au fond de ma gorge, je sentais ma soif, tapie, prête à se dresser nette, comme un serpent avide. Je devrais certainement aller chasser ce soir. Si demain je devais vivre une journée comme celle-ci, se serait plus prudent. Je veillerais à chasser la faune en surplus dans les environs. Je ne tenais pas spécialement à attirer l’attention du service de protection de l’environnement sur Fell’s Church.

Je le vis malgré mes prudences. Cet éclair traverser son regard. Si douloureux que j’en ressenti les effets moi-même. Je l’avais attristée. Je le regrettais bien. Ma curiosité n’aurait pas dû avoir pour conséquences de lui faire revivre de mauvais souvenirs. Ou plutôt de trop bons. Qu’elle ne pourrait certainement pas revivre pleinement. Avec d’autres personnes peut-être, mais ses parents étaient définitivement décédés. Et autant voudrais-je que ce ne fut pas le cas, je n’étais pas un dieu. Mes volontés étaient aussi futiles aux yeux de l’Éternel que celles de n’importe quel être humain. J’essayais d’afficher une mine plus ou moins compatissante à ses souffrances. Mais comme elle me l’avait déjà dit, elle ne désirait pas être plainte de ses malheurs. Et je craignais malgré moi qu’elle se vexe de ma compassion. Je ne l’a prenais pas en pitié. La compassion et la pitié étaient deux choses belles et bien distinctes l’une de l’autre. Était elle capable de faire la nuance ? Après un léger silence, la jeune femme prit la parole, d’une voix plus ou moins égale. Je sentais néanmoins quelques accents de troubles dans la chanson de son énonciation. Je fis mine de ne pas les entendre. Après tout, j’étais sensé ne pas le faire.

ELENA « Je vis chez ma tante avec mon frère de 17 ans… C’est tout. »

Elle avait donc un frère de dix sept ans. Hum… je me doutais bien que lui, contrairement à sa sœur, n’aurait pas beaucoup en commun avec Katherine. Je retins un sourire qui aurait pu paraitre déplacé vis-à-vis de la situation. Elle vivait avec sa tante. Je me retenais de lui demander quel était le nom de cette femme. Je l’apprendrais bien assez tôt, pas la peine de remuer le couteau dans la plaie. Un instant, je crus qu’elle désirais s’éloigner de moi, être seule, lorsque je l’a vis se lever pour ranger son livre. J’aurais parfaitement compris. Moi-même parfois je rejetais la compagnie pour m’enfermer dans ma bulle de réflexions. Je fus surpris dans un sens, de la voir se rasseoir et replacé le livre entre nous. Après tout, peut-être avais-je trop rapidement sauter aux conclusions. Mes propos n’avaient peut-être rien avoir. Qu’es-ce que je pouvais être égocentrique par moment ! Exaspérant. La jeune femme se tourna de nouveau vers moi. J’attrapais déjà un stylo pour recopier quelques dates d’événements notables du dernier siècle lorsque sa question me prit au dépourvu. Je stoppai mon écriture harmonieuse à mi chemin de la marge. Mes sourcils se froncèrent formant une longue ligne brune. Pourrais-je me résoudre à lui parler de Damon ? Alors que c’était lui qui m’avais arraché Katherine ? N’aurais-je pas l’impression, la crainte, de voir les évènements se répéter ? Mais Damon était loin aujourd’hui. Il ne savait certainement pas que j’étais ici, encore moins que le sosie de notre défunt amour logeais dans la même ville que moi. Je pris alors la parole d’une voix plutôt distante, et vague :

« En effet. J‘ai un frère. Mais je ne le vois pas beaucoup …»

Je baissais les yeux durant quelques instants sur ma feuille reprennant le fil de mes écrits. Je ne pouvais me cacher que je craignais qu'un jour, Damon me retrouve, me persécute, comme il le faisais si bien jusqu'il y à peu. Et s'il me retrouvait, il tomberait immanquablement sur Elena. Ce n'était pas vraiment...acceptable.

« Tu vis depuis longtemps dans cette ville ? » l'interrogeais-je

Elle allait finir par croire que j'étais un énorme curieux. Mais ne l'étais-je pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Elena Gilbert
Admin
avatar

Mes relations :




Un pitit lien ? ***

Un pitit rp ? ***


Age du personnage : 17 ans
Messages : 170
Date d'inscription : 19/11/2009

MessageSujet: Re: Troublantes Ressemblances [PV:Elena]   Lun 21 Déc - 16:50


Je le regardais attendant sa réponse. L’expression de ses yeux… Ses lèvres… La forme carrée de son visage… Sa façon de me regarder. C’était étrange comme il était si attirant. C’étai rare que je me sente comme ça envelopper par un seul regard. La sensation de vouloir s’approcher… D’être tout prêt de lui. Je craquais doucement sans m’en rendre compte. Il était bien trop mignon pour que j’arrive à fermer les yeux. Désir ? Possible… En tout cas apprendre à le connaître était quelque chose qui ne me dérangeait pas. Bien au contraire… J’étais juste à côté de lui et pourtant j’avais cette sensation de n’être pas encore assez prêt. Si ça continuait j’allais empiéter sur son espace vitale. Je finis par baisser les yeux… Sa voix raisonna alors enfin dans une douce mélodie distante et un peu vague.

STEFAN « En effet. J‘ai un frère. Mais je ne le vois pas beaucoup …»

Je relevais enfin les yeux mais je ne croisais pas les siens. Il venait de les baisser sur sa feuille pour commencer à écrire. Je restais alors pensive. Les relations avec son frère étaient-elles difficile ? Je savais que ça pouvait arriver. Moi-même ces derniers temps j’avais l’impression que Jeremy s’écartait. C’était difficile comme situation. J’aimerais tant qu’on s’entende comme dans le passé. Qu’on se cherche et qu’on se chamaille mais pas qu’on s’éloigne comme aujourd’hui. Parfois j’avais le sentiment que tout était de ma faute… Et je m’en voulais.

STEFAN « Tu vis depuis longtemps dans cette ville ? »

ELENA « Je suis née ici… »

Il m’était déjà arrivé de voyager comme cet été mais j’ai toujours vécu ici depuis toute petite. C’était une petite ville, mais je l’aimais bien. Je ne pensais alors pas du tout que Stefan était un peu trop curieux. Oh contraire… Il fallait bien poser des questions pour apprendre à se connaître. Et puis si les questions étaient trop gênantes je n’y répondrais pas tout simplement. Et puis il me faisait sourire… Il me donnait un nouvel espoir de m’en sortir. Je voulais croire pouvoir un jour me remettre complètement de cette mort. Je regardais alors ce qu’il écrivait. Il répondait aux questions à une vitesse hallucinante. C’est come s’il connaissait le sujet par cœur. Pour ma part, je m’étais un peu trop relâché à la fin de l’année et je peinais un peu. Le temps s’écoulait alors doucement tandis qu’on apprenait un peu chacun de l’autre. Pour ma part j’apprenais surtout à me familiariser à sa beauté inhumaine. Et le petit déjeuner arriva. Bonnie allait s’inquiéter si elle ne m’y voyait pas. Je sentais que je devrais me séparer de lui. Mais on se retrouverait très vite… Alors quand la pionne vint nous chercher pour nous dire qu’on pouvait y aller je me levais et ranger mes affaires tout en disant :

ELENA « Je crois que si je ne rejoins pas mon amie elle risque de s’inquiéter… Je vais devoir te laisser. »

C’était à contre cœur que je formulais ma phrase malgré moi. Mon sac venait d’être fermé. Je le regardais alors… Je ne sais pas si Bonnie accepterait qu’on déjeune tous les trois. Et puis j’avais besoin aussi de me retrouver avec elle. Je finis alors par m’approcher de lui.

ELENA « Bon et bien... A plus tard je suppose. »

Mon regard croisa le sien et impossible de me retenir de me mordre les lèvres en me disant que j’avais hâte d’être à la prochaine fois. Que faire alors ? Un bisou sur la joue ? Un serrement de main ? Un signe de la main ? Je finis par choisir un sourire… ou plutôt le sourire… Celui qui risquait de lui appartenir les prochains jours : un sourire doux et sincère… Je finis alors par quitter la pièce.


[hj : J'ai cloturé vu que tu partais pour une semaine pour qu'on puisse en faire un neuf à ton retour si tu veux Wink]

___________________________

    Non non j'ai rien fait c'est pas moi...
    Suis toujours innocente :p ...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vampire-diaries.bbactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Troublantes Ressemblances [PV:Elena]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Troublantes Ressemblances [PV:Elena]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pre-order d'avril / mai - Zorro et Elena | Pirates
» Logan ♥ Tout est terminé...
» Michael Jackson: Des photos troublantes ont été dévoilées !
» 26 images aussi gênantes qu’épatantes, troublantes, édifiantes …et autres trucs en -antes !
» ELENA ♦ être salope çà se travaille...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Journal d'un Vampire :: Oo Cavot Des Fichiers Joueurs oO :: ° Crypte des Rps °-
Sauter vers: