AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ce soir, c'est soirée...[Pv Aby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Damon Salvatore

avatar

Mes relations :

(c)Emma

ICI

Age du personnage : 609 ans et toutes mes dents....
Messages : 94
Date d'inscription : 25/11/2009
Localisation : Juste dans ton ombre

MessageSujet: Ce soir, c'est soirée...[Pv Aby]   Dim 13 Déc - 20:59

Allez... Ce soir, c'est soirée mousse.

Quoi de mieux pour ce détendre un coup... Partir chasser dans un lieu insolite et amusant... J'avais déjà quelques soirées mousses à mon actif, il me semblait même que j'avais participé à la toute première organisé au monde.
C'était tellement amusant et opportun. Dans la mousse tout semblait flou, les personnes perdaient leurs points de repère. Il était alors si amusant de rentrer dans une danse macabre avec eux. La plus part ne semblait même pas se rendre compte qu'ils étaient attaqué. Tout était dans la finesse et la tactique.


Je regardais la tenue que j'avais choisie pour l'occasion... La nuit serait humide, c'était toujours humide ce genre de soirée. 2talé sur mon lit, je ne savais pas vraiment quoi choisir. Bon déjà le problème de la couleur était réglé... Noir ou rien. Rien... Tien c'était une idée ça. Bon alors ce serait un jean noir et rien en haut. Ainsi moi de fringue mouillé par la mousse et plus de conquête. Quoi ? Les videurs n'allaient pas me laisser entrer ainsi ? Mais pourquoi leurs demander leurs avis. Personnes n'étaient en mesure de m'arrêter.

Le choix de la tenu fait, il ne me restait plus qu'a aller remuer mon petit postérieur et ainsi plein de minette allait mordre à l'appât... Miam... Cette idée me donnait faim. Il était temps d'y aller.

En moins de temps qu'il n'en faut pour dire "anticonstitutionnellement", j'étais là bas. Pour l'instant je résidais dans... En fait non pourquoi vous donner mon adresse. Je ne suis pas un homme facile moi. Bref je n'étais pas loin du centre de toute façon. Il était 11h55 et bientôt les carrosses ce transformeraient en citrouilles; Mais pour le moment le prince charmant était encore charmant.
Pour entrer, je choisi de ne pas me faire remarquer. Rien n'était plus simple que de prendre mon envole et de me glisser par la porte une fois ouverte. Il fallait juste choisir l'instant où tout le monde semblait regarder ailleurs.
Il fois à l'intérieur, rien n'était plus simple. La salle commençait à être remplie de mousse, en trois battements d'aile, je fondis sur les WC homme. Là, on trouve une cabine vide et Hop... Le prince charmant pas si charmant est dans la place. On réajuste son col... On évite de passer trop près des glaces et c'est parti mon kiki...

Alors que je sortais des WC, la salle c'était considérablement remplit de mousse et aussi de jeune gens plus appétissant les uns que les autres... Enfin faut peu être le groupe des moches installés à la table près des WC. Sans un regard de plus en arrière, je plongeais alors dans l'univers lumineux et opaque qui était face à moi.

C’était tellement bon. Bouger son corps par ici, frôler une belle fille par là, caresser un popotin dodu plus loin. J'étais partout à la fois, enivré par les odeurs qui étaient porté par la mousse qui était notre seul horizon. N'y tenant plus, je me penchais en direction d'une jugulaire attirante, obscurcissant les idées de sa propriétaire et savourant un court instant ce nectar de vie qui m'était si précieux.

Humm miam... Divin.

Ce fut à peu près a ce moment là; Alors que la fête battait son plein, que je fus attiré par une autre odeur. Non ! Impossible. Ce devait être mon imagination qui me jouait des tours. Mais se doux parfum si familier se fit plus intense, plus présent. Elle... Ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail Williams

avatar

Age du personnage : 19 ans d'apparence et 328 ans en vrai
Messages : 31
Date d'inscription : 13/12/2009

MessageSujet: Re: Ce soir, c'est soirée...[Pv Aby]   Mer 16 Déc - 19:41


Je marchais dans cette nuit noire qu’était la mienne. Reine des ténèbres… Princesse du mal… Déesse de la souffrance, j’avais choisi pour lieu de torture une boite intéressante. Soirée mousse. Rien de mieux pour se détendre avant de reprendre les recherches et abattre son pouvoir sur le monde entier. Je marchais alors d’une démarche bien trop sensuelle. C’était dans ma nature. J’avais tant changé en ce dernier siècle. J’étais devenue si puissante que je pouvais même en écraser certains des vampires qui avait plus de mon âge. J’avais une beauté si ténébreuse qui n’était égalée que par mon créateur… Et encore… J’étais une Williams et une Williams resplendissait ! J’avais vu bon nombre de descendants de ma famille. La beauté était souvent de notre côté alors je ne m’en faisais pas… En tout cas inutile de réfléchir pour faire tomber les mecs à mes pieds. Un hochement de tête… Un regard… Et je les tuais tous sur place. Plus d’un s’est damné pour obtenir de moi un sourire. Je n’en offrais pas tous les jours. A vrai dire il fallait en faire beaucoup pour arriver à m’arracher un sourire. J’avais plus cet éclat de passion et de sensualité dans les yeux…

Entrer dans cette boite n’était donc pas difficile pour moi. Inutile de figer le monde ma beauté suffisait. A vrai dire mon pouvoir de sorcière je ne l’utilisais que très peu. Il y avait si longtemps que je ne m’en étais d’ailleurs pas servi. Il faut avouer qu’il n’y a qu’avec une personne que je m’en sers… Damon. Mais je ne l’avais pas vu depuis trop longtemps et à vrai dire j’étais bien occupée à conquérir le monde sans lui Razz Moi oser ? Un peu… Bon d’accord beaucoup même ! Mais que voulez-vous ? Après tout je suis la digne vampire de môsieur Salvatore… Il ne m’avait pas créé pour rien. J’étais un peu du même genre de saloperie que lui. Digne… Fière… Puissante… Belle… Impétueuse… avec un certain plaisir pour le mal… J’étais une vampire qui acceptait sa condition comme un don et qui s’en servait à foison. Enfin…

Je dépassais alors sans me gêner tout ce beau monde qui faisait la queue pour l’entrée de la boite. Une fois arrivée devant le videur c’est un moment d’arrêt que je lui offris ? Son cœur arrêterait-il de battre ? Héhé… Que voulez-vous ! Je possédais le beau sexe… De jolie talon rouge fin s’enlaçant autour de mes chevilles s’alliant à une peau d’ivoire si délicate. Tissu de soie rouge intense épousant mon corps et dévoilant une fente au niveau d’une cuisse formant un V à l’envers sur un côté… Un dos presque entièrement nu… Il y avait de quoi faire rêver. J’étais diaboliquement belle et le videur ne chercha pas à comprendre. Après un regard posé sur lui d’une intensité peu commune il ouvrit. Je me faufilais alors de ma fine taille à l’intérieur. Et oui irrésistiblement belle mais si petite et fine qu’on pourrait croire pouvoir me casser en deux d’une seule main. Silhouette fort trompeuse je vous rassure. Même Damon parfois avait tendance à se faire avoir. Bon faut que j’arrête de faire allusion à lui ce soir moi. Glissant alors sur le côté et hors de la mousse (pas envi de me mouiller tout de suite), je me posais au bar. Hum… Charman barman tiens… Il me demanda ce que je voulais :

« Toi… »

Aurais-je penser trop fort ? Le barman fut décontenancé. Il n’avait pas l’air de croire que moi je puisse m’intéresser à lui. Qu’il se rassure je ne voulais que commencer ma soirée en beauté en goutant au sang du barman. Ça m’amusait tellement de lui voler du sang et ensuite de l’envoûter complètement pour qu’il ne se souvienne que d’une chose : qu’en finissant le boulot il fallait qu’il se pende. J’adorais voir un mec se pendre lui-même. La façon dont il se secouait… C’était fascinant. Dommage que le pop corn n’ait pas grand goût pour moi. A la place je sirotais souvent un bon cru d’âge moyen une trentaine d’année. C’était si bon…

Je passais alors de l’autre côté du bar. J’attirais alors le barman à moi avec une facilité déconcertante. Mes lèvres frôlaient les siennes sans que je ne les touche vraiment. Aucun homme n’avait le loisir d’un véritable baiser de ma part… Mes lèvres descendirent alors doucement dans sa nuque. J’allais mordre quand je sentis un raclement de gorge. Inutile de relever la tête pour savoir qu’il s’agissait d’un autre vampire. Doucement je relâchais ma victime qui avait l’air sonné de n’avoir été que simplement contre moi. Je vis alors un homme que je ne connaissais pas. Pas de toute il s’agissait bien d’un vampire. Je le sentais… Je le regardais alors sans ciller en laissant le barman trébucher et passa de l’autre côté aussi sensuellement que la première fois. Je m’écartais alors de cet homme partant à l’autre bout. J’avais ce don de rendre fou un homme. Le vampire avait l’air surpris que je ne m’intéresse pas à lui. Il me suivit alors dans la boîte jusqu’à ce que je m’arrête et que je me retourne. Je ne lui adressais pas un mot. Il sourit alors face à mon regard. Il s’approcha. Je ne fis rien… Plus il avançait et plus je sentais une envie naitre dans son regard. Que voulait-il ? Comme tous les autres… Et ça m’amusait tellement de laisser mes congénères sur leur fin m’intéressant à un pauvre humain qu’ils ne verraient jamais comme un rival potentiel. Le voilà alors juste en face de moi me disant bonjours. Je ne répondais toujours pas laissant planer le mystère sur ma voix. Il me tendit alors la main. Je la saisis sans hésiter une minute. Il me guidait alors à travers la foule toujours en évitant la mousse plus bas. Je préparais déjà un plan machiavélique quand quelque chose m’interpella. C’était étrange… Je ne savais pas ce que c’était mais il y avait quelque chose qui clochait dans l’air. Je sentais une odeur qui m’était familière. Une odeur me donnant des frissons dans tout le dos. Je m’arrêtais nette quand je compris faisant stopper le vampire qui me tenait la main. Lui… Le vampire fronçait des sourcils quand il vit mon arrêt. Pour ma part je lâchais sa main. Je souriais presque en sentant l’odeur juste derrière moi. Un sourire passager qui dura si peu qu’il en était à peine visible. Je me retournais alors instantanément et je le vis face à moi. Damon… Fière et libre. Nos regard se croisaient et s’entremêlait d’une passion si forte qu’elle devrait en être interdite. Ça faisait si longtemps que je ne l’avais pas vu. Il n’avait pas changé. Toujours aussi ténébreux… Et moi toujours aussi insaisissable. Je reculais alors doucement, une lueur de défis dans les yeux. Mon dos percuta alors doucement le torse du vampire que je ne connaissais pas. Je connaissais Damon par le passé comme étant un véritable possessif. Il n’a jamais supporté qu’un homme pose ses mains sur moi. Jamais il ne m’en voulu de draguer des hommes. Il avait trop ce côté protecteur avec moi. Mais il n’hésitait pas à torturer et tuer lentement celui qui osait essayer de le rivaliser. J’aurais pus alors prendre les mains de se vampire et les poser sur mes hanches. Seulement il me devança en le faisant de lui-même. Ce vampire avait du aussi sentir l’aura de Damon. Il devait croire à un potentiel rival. Me serrant contre lui, posant sa main sur ma nuque la caressant je me demandais lequel de nous deux serait le plus vif à réagir. Moi pour mettre des distances vis-à-vis des gestes très intimes ou Damon pour lui-même mettre les distances ? A moins qu’il ait changé depuis tout ce temps et qu’à ses yeux je ne sois plus sa poupée comme il adorait tant m’appeler… En tout cas le vampire ne chercha pas à réfléchir autant que moi et me fit retourner pour attraper mon visage de sa main et…


___________________________
    Aucun souvenir dans notre mémoire ne nous laisse plus de
    satisfaction qu'une tentation à laquelle nous avons résisté.
    Tu ne m'auras pas, laisse tomber...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon Salvatore

avatar

Mes relations :

(c)Emma

ICI

Age du personnage : 609 ans et toutes mes dents....
Messages : 94
Date d'inscription : 25/11/2009
Localisation : Juste dans ton ombre

MessageSujet: Re: Ce soir, c'est soirée...[Pv Aby]   Ven 18 Déc - 18:59

Oui, elle était ici.
Il n'y avait pas d'autres explications. Bon sang... Que venait faire cette chipie dans le coin ? Savait-elle que j'étais ici ? Je n'avais dis à personne où j'allais et je n'avais que très peu parlé de mon passé à Fell's Church. Pufff, je ne savais pas quoi penser. Qu'est e qui pouvait l'avoir amener ici ? Pas mon talisman j'espère, il serait regrettable que l'on se retrouve à la chasse du même objet... Regrettable certes mais aussi très excitant. Oui, ce doux parfum avait tendant à me rendre un peu trop...

- " Hello Mon mignon... Tu m'offre une petite danse."

Plongé dans mes pensées, je m'étais mobilisé sur la piste de danse et une femme "d'âge mûre" particulièrement laide venait de se vautrer négligemment dans mes bras. Elle ne semblait presque pas réussir à tenir debout et tout son corps empestait la vodka de très mauvaise qualités. En moins de temps qu'il n'en fallait pour dire Ouff, je me dégageai sans ménagement de ses bras, la laissant tombé comme un vulgaire sac sur le sol.

- "HEyyy !!!" *Hips..* " Tu perds r..."

Cette loque avait de la chance, je ne permettais que rarement de tel affront mais là, j'étais obnubilé par cette odeur et sans demander mon reste, je plongeai dans la mousse en sa direction. Je fini par ressortir de cet enfer et sans hésiter sur le chemin, je continuais en sa direction. Il me semblait qu'elle avait fait un arrêt au bar et maintenant...

Là!
Et elle n'était pas seule.

Avec la souplesse et la discrétion du prédateur que j'étais, je m'approchais d'eux. Je e m'étais pas en doute ces faculté à me sentir arriver et je ne fus guère surprit de la voir se retourner. Immobile, je la dévisageais. Elle était aussi belle que lors de notre dernière rencontre... Enfin non, c'est faux.

Même si cela était impossible elle était encore plus attirante et sublime que la dernière fois. Et elle était à moi. C’était la mienne, ma magnifique petite poupée sauvage et incontrôlable. Cela ne faisait même pas quelque seconde que je l'avais retrouvé et déjà le jeu reprenait de plus belle. Alors qu'elle reculait, mettant ainsi de la distance entre nous, une lueur de défi vient illuminer son regard. Elle continua jusqu'à se tenir contre son compagnon. Un compagnon mort.

Je n'avais pas vraiment fait attention à lui jusqu'à présent. Je n'avais eu d'yeux que pour elle. Les nuances de mon regard changèrent très légèrement, cet idiot était entrain de la caresser... Devant moi!
Pour qui se prenait-il ? S'il n'était pas assez malin pour comprendre qu'elle m’appartenait, qu'elle se jouait de lui pour m'attendre moi, il ne méritait même pas de là frôler elle. Que croyait-il ? Que je n'étais qu'un potentiel concurrent ? N'avait-il donc pas senti le lien plus puissant qui me liait à elle? Si elle était ce qu'elle est aujourd'hui c'était grâce à moi... Oui moi et personne d'autres.

Cet idiot devait surement être suicidaire. A moins qu'il pensait réellement que je ne faisais pas le poids ? Bon bref il était sur la mauvaise pente là. Et le pire pour lui c'est qu'il semblait se jouer de tout cela. Il eu alors le geste de trop. Alors qu'il la retournait et qu'il prenait son visage dans ses mains, je bondis d'un coup... Tout se passait trop vite pour que les esprits embrumés des humains présents comprennent de quoi il en retournait. Sans ménagement, je m’interposais entre eux, attrapant le malheureux par la gorge. Le forçant à tourner la tête pour plonger mon regard glacial dans le siens. Il pouvait alors y lire toute la haine et toute la rage qui m'habitait.

DAMON "*STOP* Ne t'avise plus te poser tes sales pattes sur elle! "

L'ordre était net et aussi cinglant qu'un coup de fouet. Je le senti se contracter légèrement sous l'injonction. Le temps avait passé depuis ma dernière rencontre avec elle et je n'avais pas perdu mon temps. Elle semblait être devenue plus sauvage mais moi j'étais devenu encore plus puissant.
L'ombre d'un rictus sadique vient étirer mon visage. J'avais eu une idée diabolique. Approchant alors un peu mon visage, je lui susurrais a l'oreille.

DAMON " Tu as de la chance je suis de bonne humeur se soir... Donc tu va juste faire une chose pour moi et ainsi nous seront quitte. Tu va sortir te promener et te trouver une charmante clairière... Tu t’installeras là et dans 5 heurs quant le soleil se lèvera tu ne bougeras pas d'un pouce. "

L'injonction était puissante et sous les doigts, je sentais son corps se détendre, il arrêtait de luter. Un sourire victorieux et amusé vient alors illuminer mon visage.

DAMON " Bien mon ami... Une dernière chose. *Tu oublis tout de moi et de notre charmante amie. Et tu obéis à l'instant ou je te lâcherais*."

Sur ce, je déterrais mon étreinte mais sans pour autant le lâcher. Autour de nous, quelque curieux semblait attendre une autre suite aux évènements. J'avais parlé trop lentement pour qu’ils puissent m'entendre, seul un ou une vampire aurait eu l'oreille suffisamment fine. Je passai alors la main autour des épaules de mon nouvel ami et victorieux, je dévisageais Abigail.

DAMON " Hello poupée... décidément tu as toujours aussi mauvais goût pour tes fréquentations."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail Williams

avatar

Age du personnage : 19 ans d'apparence et 328 ans en vrai
Messages : 31
Date d'inscription : 13/12/2009

MessageSujet: Re: Ce soir, c'est soirée...[Pv Aby]   Ven 18 Déc - 20:41


Je sentais les mains de ce vampire inconnu se poser sur mes joues. Je devinais ses intentions. Elles se lisaient dans son regard… Il voulait poser son territoire sur moi. Faire comprendre à Damon que j’étais à lui pour la soirée. Le pauvre s’il savait… Damon me considérait déjà comme sienne depuis des siècles. Il tuait chacun de mes prétendants un à un parfois même avant que je ne puisse les voir de près. Il était d’une jalousie pour ça à mourir. Et oui il n’acceptait pas qu’un autre que lui puisse m’approcher. Il ne supportait pas le fait que quelqu’un d’autre arrive à avoir ce qu’il n’a jamais réussi à avoir de moi. Je souriais intérieurement. Ce vampire ne me servirait qu’à rendre Damon encore plus jaloux rien que pour lui faire comprendre que comme dans le passé il ne gagnera pas. Défis des plus excitants il fallait le reconnaître. Jamais je n’avais encore craqué et plus les siècles passaient et plus je devenais redoutable à souhait. D’une beauté encore plus ténébreuse et d’un tempérament encore plus fort j’avais peur que Damon ait du mal à faire le poids. Mais je me doutais que si moi je m’étais renforcée, lui aussi… Il devait être maintenant un vampire puissant. Il serait surpris de ma force à moi…

Ainsi l’inconnu rapprochait ses lèvres des miennes. Je ne cherchais pas à résister rien que pour voir la réaction de Damon après. Pauvre vampire. Je serais prête à parier qu’il finira mort avant le levé du soleil… C’est alors que sans prévenir je sentis quelque chose ou plutôt quelqu’un s’imposer avec une rapidité hallucinante pour les simples humains. Je n’aurais jamais pensé qu’il réagisse avant. Ainsi le jeu était toujours de mise. Il attrapa alors le vampire par le cou. Je me reculais doucement ne pouvant m’empêcher de sourire en coin. Ah les hommes… Quad ça a décidé que vous leur appartenez… Cependant je regardais le spectacle avec délectation. J’avouais que le voir jaloux comme ça me touchait… J’adorais le rendre dans cet état. J’avais le sentiment qu’il tenait à moi de cette façon même s’il ne le disait pas. Sa poupée… Sa déesse des ténèbres comme souvent il m’avait appelé. Je pouvais alors entendre chaque mot que Damon lui disait… Je sentais de la haine et de la rage. Comment ne pas le trouver sexy dans cet état ?

DAMON « *STOP* Ne t'avise plus te poser tes sales pattes sur elle! »

Je m’accoudais alors à une rambarde regardant la scène comme d’autre curieux dans une position des plus sexy. Mon visage n’exprimait rien de particulier dans la pénombre me donnant un air encore plus mystérieux et sauvage. Je sentais alors qu’il n’allait pas ménager ce vampire. De mon côté j’en profitais pour détailler Damon. Il n’avait pas l’air d’avoir changer à première vue. Pourtant avec mes yeux de vampire je me rendais compte qu’il avait grandit en force mais aussi en charisme et à mon plus grand malheur aussi en charme. Il en avait déjà pas mal avant mais là… J’avais bien peur qu’on avait autant changé l’un que l’autre. Le jeu ne serait que plus pétillant encore.

DAMON « Tu as de la chance je suis de bonne humeur se soir... Donc tu va juste faire une chose pour moi et ainsi nous seront quitte. Tu va sortir te promener et te trouver une charmante clairière... Tu t’installeras là et dans 5 heurs quant le soleil se lèvera tu ne bougeras pas d'un pouce. »

Ça ne m’étonnait même pas. Damon détestait laisser des concurrents potentiels en vie. D’ailleurs si je dois être honnête, un seul a pu lui échapper. Il n’a d’ailleurs jamais su pour cet homme. Heureusement… Car je crois qu’il m’aurait fait une belle crise. Mais que voulez-vous ? Quand je craquais ce n’était pas qu’à moitié. Seulement voilà, la peur que Damon lui tombe dessus me poussa à renier l’attirance que j’avais eu pour cet homme qui n’avait obtenu de moi qu’un baiser… J’avais préféré mettre fin à cette relation à peine commencer. Ça avait été pour son bien. Aujourd’hui ? Je pense qu’il doit être mort. Je ne pensais pas avoir à faire à un autre vampire… Mais à l’époque j’étais jeune encore et pas trop expérimentée. Je ne pourrais donc le certifier. Quoi qu’il en soit ça remontait à trop loin et j’avais oublié cet homme vu que je n’avais laissé aucune chance à des sentiments de naitre…

DAMON « Bien mon ami... Une dernière chose. *Tu oublis tout de moi et de notre charmante amie. Et tu obéis à l'instant où je te lâcherais*. »

Je vis alors Damon relâcher ce pauvre vampire qui était mal tombé pour passer sa main autour de son épaule. Il me dévisageait alors… Quoi ? Je n’ai rien fait moi. Après tout je me serais bien fait le barman mais on m’a interrompu… Oui le barman était déjà plus dans mon goût : brun aux yeux intensément sombres. Je m’enlevais alors de cette barrière pour me poser face à eux.

DAMON « Hello poupée... décidément tu as toujours aussi mauvais goût pour tes fréquentations. »

ABIGAIL « Je ne l’ai pas choisi… C’est lui qui est venu à moi. » dis-je avec un sourire en coin.

Inutile de parler du barman. Il était à moi. Hors de question que Damon le tue avant… Maintenant qu’il était là d’ailleurs mon corps avait comme une impression de défensive. Je restais méfiante… Il faut avouer que jamais je ne m’étais laissée complètement aller avec lui. Partager mes victimes ok… Mais partager nos corps, c’était une autre affaire… Peut-être trop de fierté d’être l’une des seules femmes qui lui refuse ce qu’il désire… C’est d’ailleurs ce qui faisait tout mon charme. Ou peut-être aussi une tout autre peur que je refusais d’admettre. En tout cas ce soir je n’y pensais pas trop encore. Je me contentais de regarder Damon avant de commencer à avancer vers lui. Je m’arrêtais alors très près de lui pour lui chuchoter :

ABIGAIL « Relâche-le… Il ira bien se tuer tout seul. »

Notez l’ironie dans le son de ma voix avant que je ne m’écarte et que je lui tourne le dos sans hésiter pour commencer à m’en aller. Je me retournais alors à cinq mètres de lui pour le regarder. J’avais cette lueur dans les yeux qui ne pouvait être que le seul à voir. Cette lueur accompagnée d’un léger sourire… aussi rare qu’ils pouvaient être, ils étaient aussi d’une beauté éblouissante… complètement envoutante entourant le destinataire dans une admiration sans limite. Je finis alors par partir si vite qu’on aurait dit que je venais de disparaitre dans la nuit. Seul ma voix raisonnait alors à l’oreille de Damon :

ABIGAIL « Ne me suis pas… »

Je savais que c’était comme parler à un mur. Plus je disais à Damon de ne pas faire quelque chose et plus il s’amusait à le faire rien que pour le plaisir de ne pas suivre mes ordres. Il détestait ça… Il ne le prenait jamais mal. Ça l’amusait de croire que je pouvais penser avoir le contrôle sur lui. Moi je savais qu’on était trop sauvage tous les deux pour avoir le contrôle sur l’un comme sur l’autre. Ainsi je m’étais rendue à un endroit de la boite tranquillement. Il y avait pas mal de beaux gosses autour de moi mais mes pensées n’étaient seulement rivées sur lui. Combien de temps déjà ? Je ne comptais plus les années. Le souvenir que j’avais c’était que j’étais encore rousse à l’époque alors que maintenant j’étais redevenue blonde comme dans le passé… Comme les premiers jours où il m’a connu. Mais en nettement plus attirante. La force de l’âge vampirique peut-être… Bref je m’étais posée contre un mur dans mes pensées. Je sentais des mouvements vifs se faire pas loin de moi. Serait-ce Damon qui se déplaçait ou ce vampire inconnu ? ou un autre encore qui sait… Jusqu’à ce que je sente une présence trop près de moi me touchant presque. Aussitôt c’est moi qui disparu. Jouerait-on au jeu du chat et de la souris ? Peut-être… Je venais de me poser à un autre coin souriant intérieurement. Je sentais les mouvements plus fluides et discrets mais pas encore assez pour moi. Il arriva encore plus brusquement vers moi tentant surement de m’attraper un bras mais je fus encore plus rapide. Seulement au vol je me sentis réceptionner complètement. Je tombais alors nez à nez avec Damon, me retrouvant tout contre lui…

___________________________
    Aucun souvenir dans notre mémoire ne nous laisse plus de
    satisfaction qu'une tentation à laquelle nous avons résisté.
    Tu ne m'auras pas, laisse tomber...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon Salvatore

avatar

Mes relations :

(c)Emma

ICI

Age du personnage : 609 ans et toutes mes dents....
Messages : 94
Date d'inscription : 25/11/2009
Localisation : Juste dans ton ombre

MessageSujet: Re: Ce soir, c'est soirée...[Pv Aby]   Jeu 31 Déc - 17:22

ABIGAIL « Je ne l’ai pas choisi… C’est lui qui est venu à moi. »

Elle était toujours aussi belle quant elle souriait. Sans faire un geste, je la laissait venir à moi; Abigail était e genre de créature qu'il ne fallait pas effaroucher. Elle me regarda un instant, durant le quel je ne pu que soutenir son regard... Tous en affichant mon sourire de séducteur. Puis enfin elle se décida à avancer.
Je ne prêtais même plus attention au pauvre bougre que je tenais toujours fermement. Ce dernier avait arrêté de se débattre, attendant que je le relâche pour pouvoir aller attendre le levé du jour.

ABIGAIL « Relâche-le… Il ira bien se tuer tout seul. »

Ben voyons... Comme si elle avait pu manifester le moindre intérêt pour un tel idiot. Tel une minette qui aime jouer, le s'écarta de nouveau de moi. me lançant un regard que je connaissait bien. Le jeu allait pouvoir commencer et aujourd'hui c'était elle qui en donnerait le top départ.
Alors que sa voix raisonnait à mes oreilles, la poigne se relâchait, rendant une fausse liberté à mon ex-rival qui n'avait même pas suffisamment de classe pour rivaliser avec moi.

ABIGAIL « Ne me suis pas… »

Mouhahahaaaaaaaaaa !!!
Et puis quoi encore. Elle venait enfin de lancer le jeu et comme bien souvent elle ne faisait que dire l'inverse de se qu'elle désirait vraiment. Décidément c'était devenu une manie chez elle. Et puis personne n'a le droit de me dire se que je dois faire ou non. J'étais mon seul maître et voilà bien trop longtemps que cette garce se jouait de moi... Sans était fini, elle était mienne; A moi...
Sans plus attendre, je m'élançais. Je n'avais d'yeux plus que pour elle, elle et sa mystérieuse beauté, son charisme qui m'avais séduit alors qu'elle n'avais que 11 petite année... Et voilà plus de 300 ans qu'elle ne faisait que s'améliorer... Non, impossible elle était au top, comment devenir encore plus forte dans se domaine. Je sentais sa piste aussi clairement que celle qu'un humain blessé et assez rapidement j'arrivais presque a sa hauteur. je savais que je devais faire vite car sinon elle allait... Et voilà trop tard. Elle m'avait échappé. La petite maligne.
Moi qui était assez fière des progrès que j'avais fait ses dernières années, décidément j'avais vraiment été un très bon professeur... Un peu trop bon même. Affichant mon plus beau sourire de prédateur, je me relançait alors à sa poursuite. Je devais être encore plus rapide que précédemment et sans plus réfléchir et poussant mes capacité, je l'attrapais alors qu'elle prenait son "envole".

Elle retomba alors tout près de moi... L'on avait pas été si intime depuis... Depuis une éternité.

Seule problème avec cette fille c'est qu'il fallait agir plus rapidement qu'elle. Pufff.... Quelle idée aussi de transformer une sorcière. Profitant alors de notre promiscuité et la retenant avec toute la force de ma passion, je m'approchais encore un peu plus près d'elle.
Qu'elle sentait bon, son odeur avait légèrement changé, un vague soupçon de liberté parfumait doucement ses cheveux qui me chatouillait les joues. C''était aussi avec plaisir que je pouvais constater qu'elle n'avait pas offert à un autre se qui me revenait de droit. C'est alors que passionnément, je collais mes lèvres aux siennes, lui offrant un baissé des plus intense. Elle m'avait manqué mais ça je ne pouvais pas le lui dire.
Profitant de la fougueuse folie qui m'avait envahie, je glissait une main derrière sa tête, jouant au passage avec sa douce chevelure. Puis avant qu'elle ne trouve une parade à mon étreinte, je mis fin a mon baisé passionné... Redirigeant sa bouche en direction de son cou et de sa si charmant et irrésistible jugulaire...

DAMON "Je t'ai eu !"

Je savais que le jeu n'était pas forcément fini, avec elle il fallait s'attendre à tout mais au moins c'était moi qui marquait le premier point.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail Williams

avatar

Age du personnage : 19 ans d'apparence et 328 ans en vrai
Messages : 31
Date d'inscription : 13/12/2009

MessageSujet: Re: Ce soir, c'est soirée...[Pv Aby]   Ven 1 Jan - 18:00


Je me retrouvais tout contre lui. Nez à nez… Nos regards se croisèrent et je sentis que je n’étais plus que son centre d’intérêt comme avant. Je deviner ses pensées sans même être télépathe. Je le connaissais que trop bien pour reconnaître cette lueur dans son regard qui voulait tout dire. Il n’avait pas perdu cet espoir ? N’avait-il pas retenu la leçon ? N’avait-il encore pas assez couru ? Il voulait encore jouer à ce jeu où je gagnais la plupart du temps les batailles. Certes il pouvait gagner quelques points mais moi c’est la bataille que j’avais à chaque fois. La preuve… Jamais il n’avait pu aller plus loin qu’un baiser. Je remerciais d’ailleurs les enfers de m’avoir donné un tel don qui me sortait de sacré situation parfois et qui énervait aussi Damon à le rendre complètement passionné et encore plus craquant. Combien de fois je l’avais utilisé et souvent avant même qu’il ait le temps de m’embrasser. Ça m’amusait d’arrêter le temps et de coller quelque chose entre nos lèvres… Une feuille de papier, un miroir (ça c’était assez drôle à voir quand même, Damon qui s’embrasse, j’avais bien ri ce jour-là xD !!!). Ça pouvait être n’importe quoi mais je lui échappais toujours. Rare sont les fois où il put véritablement m’embrasser et jamais je ne lui avais rendu. Jamais… La dernière fois avant que je ne le revois plus avant très longtemps je savais que j’aurais pu craquer. Ça avait été trop dangereux. La tentation de répondre… je savais aujourd’hui que je m’étais assez éloignée de lui pour mieux encore lui résister.

Ou pas… Ce coup-là je ne le vis pas arriver. Ses lèvres étaient arrivées trop vite au mienne et je me sentis complètement emporter. Son corps de plus en plus prêt du mien. Mon cœur qui aurait pu battre plus vite s’il ne s’était pas un jour arrêté à cause de lui. Comme si en l’arrêtant il me l’avait volé. Comme si je ne pouvais le retrouver que s’il me le redonnait. Il m’avait volé ma vie d’humaine et de sorcière pour m’en donner une autre pour l’éternité. Es-ce ça l’échange équitable ? Moi ? Toute entière ? Je lui refusais depuis si longtemps et je n’avais pas changé d’avis, normalement… pourquoi ?

Sa main glissait dans ma nuque. Pourquoi… Parce que je détestais les sensations qu’il me procurait. Je pouvais lui résister des siècles… des millénaires… mais je niais au fond de moi qu’il avait une petite emprise. Il était mon créateur. Il fut un ami… et même un amant. Je lui refusais simplement le statut d’amour. Je connaissais Damon. Il ne pouvait pas y avoir d’amour. Enfin je ne pensais pas mais dire que j’en étais sûre était autre chose. Une seule chose alors était vrai : Il était buté et ne lâchait jamais tant qu’il n’avait pas ce qu’il voulait. Je l’apprenais à chaque fois à mes dépends…

DAMON "Je t'ai eu !"

Ses lèvres dans mon cou je détestais quand il disait ça. Parce que je savais que sur ce coup oui il avait raison. Un point seulement pour lui. Je m’étais laissée un peu trop distraire. J’en avais oublié que si moi j’ai évolué et gagné en force, lui aussi. Mais c’était plus fort que moi. Je ne pouvais pas avouer cette mini défaite. Et c’est sans me retenir que je lui lançais un regard noir pour vouloir le figer. Je sais c’était petit mais je n’étais pas une très bonne joueuse. Et il le savait ce qui l’amusait généralement beaucoup. Je l’avais complètement figé de la tête au pied le rendant complètement inconscient. Il ne pouvait ni sentir ni entendre ni voir ce que je faisais… ma main se posa alors sur sa joue. Le premier mot qui sortie de mes lèvres ?

ABI « Tu m’énerves… Et tu le sais… Je déteste ta façon de me regarder… Je déteste ta façon de me toucher… Je déteste ta façon de m’embrasser. Je te déteste… autant que tu sais comment attirer mon attention. »

J’allais au bar alors tranquillement le laissant là. Je pris deux verres pour le rejoindre ensuite. Je finis par le défiger et lui tendis un verre. Il l’avait bien mérité. Je bus alors une gorgée de mon cocktail. Heureusement pour lui, je n’étais pas du genre rancunière. Enfin juste avec lui. Mais qu’il ne pense pas que je jette l’éponge et que ce sera de tout repos. Je connaissais ses faiblesses. Il n’aimait pas que je fréquente quelqu’un d’autre que lui… Il ne s’énervait jamais contre moi mais je plaignais chacun de mes prétendants. Je devais aussi avouer que ça m’amusait quelque part qu’il s’en prenne à eux. Ça le trahissait. Il fallait que je sois à lui et je le sentais. Provocation… C’est ce que j’adorais par dessus tout avec Damon. J’adorais le pousser et lui montrer que je pouvais malgré tout être plus fort que lui. C’est alors en mangeant ma petite olive du bout des lèvres et ce sourire en coin qui me rendait si irrésistible que j’allais taper là où ça le rendait si faible :

ABI « Tu as vraiment décidé d’éliminer tous mes prétendants Damon… ? Parce que si c’est le cas tu as du en louper un sur le chemin. »

Sans plus de cérémonies et toujours avec ce sourire en coin complètement craquant je l’abandonnais, le laissant à ses réflexions. Oh le prétendant devait être mort depuis le temps. Je ne l’avais pas transformé. Tiens ça aurait été drôle si ça avait été le cas. Je serais curieuse de voir comment Damon aurait réagi. C’était un petit pic gentil. Je savais que j’étais capable du pire. Je me dis alors plus pour moi-même, même s’il pouvait entendre :

ABI « Dommage qu’il n’ait pas eu le temps de prendre ce que tu veux le plus… Mais le prochain que j’aurais choisi te devancera… »

Un défis ? Il y avait de forte chance quand on voyait mon sourire en coin alors que je lui tournais le dos lui offrant un dos nu plongeant, si blanc et si pur que d’ailleurs d’autres regardaient tout autour. Je fermais alors les yeux pour évaluer le potentiel du lieu. Nous ne sommes plus que deux vampires. Je ne le sentais que trop bien. Hum… Un carnage ça vous dit ? Ne dites pas le contraire je sais que vous aimez mon idée. Je savais qu’aucun humain ne valait Damon ou ne pouvait rivaliser avec lui. Mais c’était si passionnant d’offrir à un autre ce que je lui refusais à lui. Ça le rendait dans une détermination si passionnante qu’il me faisait complètement vibrer après. C’était un mal pour un bien. Ou un bien pour un mal… Selon le point de vue. Parce que soyons franc… embrasser un humain très peu pour moi. Embrasser Damon… Je ne m’étendrais pas sur le sujet. Je sentis alors une main dans mon dos. Damon ? Non… Un simple humain qui risque de mourir rien que pour avoir osé glisser sa main le long de mon dos. Je tournais le visage pour voir le sourire séducteur de cet humain si fade à mon goût. Je pris alors sa main pour la retirer. On ne touche pas une princesse des glaces. Je pouvais d’ailleurs compter sur Damon pour rappeler qu’il pouvait être le maitre des lieux. Fuit petit humain pendant qu’il est encore temps avant que les enfers ne s’abattent sur toi. Je vis très bien Damon remarquer la présence de cet homme trop près de moi. Oh non pas de tentation… voilà que ça me prenait. Et si je défaillais… Et si je tentais le diable ? Et si je me servais de cet humain ? Je pouvais être décidément diabolique. J’attrapais alors la nuque de cet humain pour le rapprocher de moi. Un dernier regard vers Damon avant de l’embrasser… avec passion. Qu’il regarde bien jamais il n’aura un de ces baisers de ma part. je sentais le cœur de ce pauvre humain avoir un arrêt. Serais-je aussi douée ? Oups… Sa langue saigne un peu. Je n’ai pas pu résister à le mordre. Dans un baiser je le vidais alors doucement de son sang sans même qu’il ne s’en rende compte. Je finis alors les genoux pliés dans un coin à finir par le vider complètement de son sang. Autant être tuer par moi ce sera toujours moins douloureux que lui. Je sentais alors sa présence près de moi. J’eus juste le temps de me relever quand…

___________________________
    Aucun souvenir dans notre mémoire ne nous laisse plus de
    satisfaction qu'une tentation à laquelle nous avons résisté.
    Tu ne m'auras pas, laisse tomber...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon Salvatore

avatar

Mes relations :

(c)Emma

ICI

Age du personnage : 609 ans et toutes mes dents....
Messages : 94
Date d'inscription : 25/11/2009
Localisation : Juste dans ton ombre

MessageSujet: Re: Ce soir, c'est soirée...[Pv Aby]   Dim 25 Avr - 12:07

Je savais pertinemment que je n'allais pas m'en sortir à si bon compte. Depuis quant Abby était-elle trop dissipé pour se laisser avoir? J'avais été un excellent maitre et comme tout bon professeur, mon élève avais presque réussit à me surpasser... Oui presque. Car il fallait bien que je garde un peu d'amour propre.
Aussi ne fus-je pas réellement surprit de la suite des évènement. Comment de fois avait elle usée de son subterfuge sur moi ? Pufff j'en avait perdu le compte au fil des siècles, je dois même dire que c'est ce qui faisait une grande partie de son charme. Je savais pertinemment que s'il en avait été autrement, je me serais déjà détourné d'elle et cela depuis un bon bout de temps.

Reprendre pied dans la réalités au moment ou elle me tendit un verre ne me surprit pas plus que cela. En bon joueur, j'acceptais le présent de bonne grâce. Et levant mon verre en sa direction, je formulait le vœux silencieux qu'elle sache affronter les siècles suivant avec autant de panache et d'effronterie.

ABI « Tu as vraiment décidé d’éliminer tous mes prétendants Damon… ? Parce que si c’est le cas tu as du en louper un sur le chemin. »

Sur ce, elle tourna les talons... Comment voulait elle que je réagisse ? Je n'avais pas étét sur son dos en permanence, bien évidement que j'avais du louper quelque prétendant et cette pensée m'hérissait les poils des bras.
Soupirant, je la regardait s éloigner lentement et c'est alors qu'elle murmura

ABI « Dommage qu’il n’ait pas eu le temps de prendre ce que tu veux le plus… Mais le prochain que j’aurais choisi te devancera… »

UN défi... Pufff je la connaissait trop bien. Tel le chat face à la souris, elle essayait de ce jouer de moi affin de m'épuiser et de potentiellement m'engloutir. Elle ne vit pas l'étrange sourire qui venait d'illuminer mon visage. Je me sentait un peu comme un père extrêmement fière de on enfant... Un père qui avait tout de même des envies incestueuses... Sans plus attendre, lentement, je la suivit.
C'est alors qu'un misérable petit humain s'interposa entre nous deux et délicatement, il posa sa mains sur la peau si parfaite... Un grondement sourd montait en moi, tellement le roulement
de tambour avant que l'orage n'éclate. Serrant les points, je du faire appel à une bonne parti de ma concentration pour ne pas céder au plaisir sadique de le tuer sur place... En même temps cella m'aurait fait tellement de bien. Rongeant mon frein, je choisir alors d'observer plutôt ce qui allait s'en suivre.
Par le sang contaminé du plus ancien de anciens... Qu'elle était diabolique.
Alors qu'elle se retournait, au moment où elle allait rejeter l'idiot qui avait osé la toucher, nos regard se croisèrent. UN frison de plaisir malsain me fit de nouveau frissonner. Je venait de voir son regard changer de façon presque imperceptible. Qu'allait donc encore faire cette petite démone ? Incapable de détacher mes yeux du spectacle qu'elle m'offrit alors, une vague de désir me submergea. La petite salope, elle allait oser, là devant moi ?
Pure provocation.
Comportement complétement indécent et scandaleux.
Cette petite peste se pensait elle vraiment supérieur à moi pour oser me provoquer ainsi.
fichtre et foutre, je n'en était pas moin son créateur. Ne me devait-elle pas un minimum d respect?

Sans plus de répits, je me précipitait vers elle. Juste au moment ou elle se relevait, je lui attrapait les bras et sans rien demander de plus, je plongeait en sa direction. Mes lèvres heurtèrent les sienne avec une violence rare et le goût du sang réveilla la faim qui était tapis en moi. IL n'existait presque pas de plaisir plus grand que celui de se laisser aller à la luxure dans le sang frai d'une victime. Tout les sens en éveilles ne faisaient qu'amplifier l'instant.
Violemment, passionnément, je laissait mes envie prendre le dessus et sans lui demander son accord, le lui offrit le plus fougueux des baissé que je n'avais jamais osé donner.
C'était peu dire...
La tête me tournait, j'étais ivre de désir et de haine. Je me moquait totalement qu'un humain ai pu nous surprendre, je nous avait entrainé dans un monde qui n'appartenait qu'a nous et n'importe quel idiot de première qui nous aurait approché aurait lui aussi sombré dans cette ivresse avant de tomber dans un profond coma, oubliant ainsi la scène qui ce déroulait là.
Je ne me retenait plus, elle ne m'avait que trop provoqué. Qu'elle se sorte seul de cette folie qu'elle avait fait naître en moi. Qu'elle se débrouille donc avec se démon qu'elle avait créer qu'elle avait alimentée.

Tout à ma passion furieuse, je ne pensait qu'a une chose, la faire mienne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail Williams

avatar

Age du personnage : 19 ans d'apparence et 328 ans en vrai
Messages : 31
Date d'inscription : 13/12/2009

MessageSujet: Re: Ce soir, c'est soirée...[Pv Aby]   Lun 26 Avr - 23:35


    Il n’avait pas tué un seul parmi tous mes prétendants. En même temps il n’avait pas été toujours là il fallait l’avouer. Oui mais cet unique prétendant qui lui échappa réussi presque à capturer mon cœur. La base de tout devrais-je dire… ça m’avait d’ailleurs fait un peu peur. Il en faut plus qu’une simple attirance physique pour arriver à m’avoir toute entière. Cet humain lui aurait pu avoir ce que Damon convoite. Pourquoi ne l’avait-il pas eu ? ça c’est quelque chose que je ne peux vous dire :p En tout cas qu’il se méfie. Ce cadeau pourrait très bien lui échapper. Après tout ça faisait combien de temps que je vivais en gardant cette fleur toujours fermée ? Peut-être longtemps… Beaucoup trop longtemps. Seulement je me connaissais. Attendre longtemps pour prendre le premier venu n’était pas mon genre. Il fallait déjà qu’il arrive à dépasser Damon dans tous les domaines. Après et seulement après on pourra en reparler. Etais-je en train de dire que Damon avait donc une chance. Non :p qu’il ne rêve pas trop je savais lui résister…

    Serais-ce tout de même un défi que je lui lançais là ? Il y avait des chances… Je voulais le voir galérer. Sentir les flammes de son désir jusqu’au petit matin bruler encore et encore. Son corps contre le mien. Nos lèvres si proches sans jamais lui donner ce qu’il voulait. Je voulais l’assécher de désir. Que sous mon charme il craque jusqu’à finir à mes genoux. Attention chouchou je suis encore plus redoutable dans le passé. J’en ai fait tombé des têtes de plaisir tout en laissant dans leur mort les atteindre avec même d’atteindre cette goutte de plaisir et de désir intense. Je le regardais sans ciller tel le chat admirant la souris un instant pour en évaluer le potentiel de rassasions. J’essayais de me jouer de lui ? Non… je me jouais de lui. C’était déjà plus exact. Je voulais l’épuiser et l’engloutir dans un désir que jamais il ne pourra assouvir. Voilà où ce trouvait mon plaisir à moi. Le voir galérer… C’était mon plus beau cadeau. Le dos enfin tourné et m’éloignant je ne prêtais plus attention à sa personne. je jubilais simplement de la suite. Je sentis tout de même qu’il me suivait. Attention à ne pas te griller tes ailes de démons mon cher…

    Ainsi un humain s’interposa. Je ne l’avais pas prévu certes mais ça ne m’empêcha pas de prendre ce pion comme une carte de plus à mon jeu. Il posa délicatement sa main sur ma peau glacée. J’aurais pu le repousser mais se servir de lui était bien trop tentant. Alors dans une ultime provocation j’embrassais cet humain avec une telle passion ne voulant que donner à Damon la soif de… moi. Je savais qu’il ne désirerait bientôt plus que mon corps si ce n’était déjà fait. J’adorais sentir son regard posé sur moi. Je profitais de cet instant pour me nourrir de cet humain insouciant. Je me retournais alors en ayant fini avec cet humain maintenant mort. Damon était en fasse de moi. Mon regard croisa le sien. Je ne souriais pas. Pour avoir un de ces sadiques dont Damon savait si bien donné ? Non laisser planer le doute sur mes intentions et mes ressentis étaient encore plus enivrant. Il s’attendait forcément moins à ce que je pouvais faire… Il croyait quoi ? Je n’avais pas eu un piètre professeur. Le meilleur… J’en étais devenue peut-être même pire que lui. Aucun remord ne me rongeait. Le mal me faisait autant sourire que de voir les autres agoniser. Je n’avais peut-être même aucune humanité. L’enfant du diable réincarné. La fille de Satan dans toute sa splendeur. J’en ferais fondre de désir tout l’enfer si je voulais. Même Damon avait du mal à se contenir face à moi. Je sentais mon emprise se refermer doucement sur lui… Je vis ce frisson de plaisir malsain le parcourir. A croire que c’était communicatif je ressentis le même. Pensais-je être supérieur à lui pour le provoquer ainsi ? Pas tout à fait. Je me sentais plutôt digne de lui pour le provoquer ainsi. Après tout qui mieux que la femme de ses rêves pouvaient le provoquer comme ça Razz ! Il en était mon créateur. J’étais techniquement son enfant. Mais j’avais passé ce statut depuis trop longtemps. Tous les deux on jouait à un jeu réservé à des amants depuis trop longtemps. Il me charme… je lui rends un peu et je finis par disparaitre pile au moment où il commence à m’avoir un peu. Certes ça le laisse à chaque fois sur sa fin mais doucement au fur et à mesure des siècles il avance doucement dans ce jeu sans même que je ne m’en aperçoive.

    Ainsi il prit mon bras dans un élan de sauvagerie qui me faisait vibrer. Il venait de se poser tout contre moi me coinçant entre le mur et lui. Ses lèvres heurtèrent avec une telle violence les miennes. J’avais encore le goût du sang sur la langue. Surprise ? Non… Je savais qu’il ne finirait pas craquer. La seule chose c’est que je ne m’attendais pas de cette façon. Je m’attendais à quoi ? A rien de particulier mais j’imaginais la situation un peu différente, quoi que un peu ressemblante. Je devrais alors le repousser. L’éloigner de moi… Et pourtant doucement je coller mon corps au sien laissant un léger espace entre mon dos et le mur. La musique avait beau raisonnait je ne l’entendais plus comme à chaque fois que j’étais avec lui. C’est comme une bulle qui se formait autour de nous incassable.

    Je ne briserais pas ce lien. Ni ce baiser. Pourquoi ? Parce que même si je fuyais à chacun de ses sourires je n’en étais pas moins quelque part en moi enchainée. Il me possédait autant que je le possédais. Seulement une partout de nous qui devait s’appeler fierté avant tendance à finir par nous provoquer et nous séparer dans un élan de plaisir avant de finir par nous réunir de nouveau un jour et recommencer encore et encore comme enchainé à ce goût de liberté. Ce besoin d’être à l’autre sans lui appartenir. Le besoin de posséder ce qu’on n’est pas sur d’avoir. Dès qu’il faisait un pas je fuyais déjà et pourtant quand il n’était plus là je revenais. Tel est le jeu du chat et de la souris qu’on se plait à échanger les rôles régulièrement. Son baiser… d’un violent… cette passion… Il aurait pu me faire chavirer. Et pourtant encore je résistais malgré tout. Sans lui répondre c’est comme si je subissais et pourtant sans rien dire je recevais tout de même. Je sentais mes sens en éveil. Lui avait l’air de laisser ses envies prendre le dessus. Plus le baiser durait et plus il devenait profond. Sensuel… provoquant… fougueux comme jamais. Il m’offrait un baiser qui doucement m’échappait. Jamais encore il ne m’avait volé un baiser comme ça. Je sentais aussi que jamais il en avait donné un de la sorte. Mais le plus surprenant et là je me maudissais : j’en prenais goût. Je n’étais pas à l’abri d’y céder. J’avais été délicieusement rebelle toute la nuit et pourtant me voilà soumise à l’envie. Comme si sa fièvre pouvait me toucher d’un instant à l’autre. Jouer ou se faire bouffer. Voilà l’idée qui me traversa l’esprit. Si je continuais sur cette voix j’allais craquer. Hors si je provoquais la réponse de façon calculé là je garderais la main. Lui n’avait l’air de ne plus avoir aucune limite. Je sentais ses mains oppresser mon corps devant doucement fiévreux. Quel fut alors ma réponse à sa réponse à ma provocation ? Mon corps doucement en appréciait chacun de ses gestes précis. Ses mains ne pouvaient pas rester comme il le fallait. Je l’allumais doucement, le faisant désirer de plus en plus ma peau comme moi tout entière. Caresse… Je provoquais en nous la sensualité de nos corps par une étreinte passionnelle où je dérivais légèrement. Avez-vous rêvé ? Non… Si mes lèvres n’avaient pas encore répondu mes mains oui suivant chacun de ses mouvements sans l’arrêter. Je lui donnais un peu plus que la dernière fois. Ça devait lui faire tout drôle mais qu’il ne s’estime pas gagnant… si je faisais ça c’est parce que je voulais repousser quelques limites. Le rendre complètement dingue de moi. Je jouais à un jeu dangereux. Je reculais mon visage pour briser ce baiser mais rien à faire… Je reculais, il avançait. Inutile de tenter la force il en avait plus que moi. Et pourquoi faire ? Il me faisait sourire. Comme s’il ne pouvait plus se contrôler du tout. J’étais, il fallait l’avouer, flattée. D’un sourire en coin je finis par le mordre. Je savais que ça ne risquait que de pimenter le baiser et non l’éloigner mais c’était plus fort que moi. Je m’amusais à lui piquer un tout petit peu de sang comme un partage déjà charnel entre nos deux corps. Alors comme si je n’avais pas vu venir le coup mes lèvres me trahir malgré moi en bougeant légèrement. Je me maudissais intérieurement mais y répondre avait finit par être trop tentant… Tellement tentant que je le fis même durer un instant avant de reprendre mon souffle et de le figer après avoir rompu ce baiser. Sous son emprise et je devais l’avouer complètement en chaleur et sur la même longueur d’onde que ses désirs un instant, le sort loupa. Je retentais une seconde fois en me concentrant un peu plus alors que ses lèvres retouchaient les miennes. Pile à temps ! Cette fois-ci j’y réussi. Je repris alors mon souffle. Un de ses mains était pas loin de ma poitrine alors que l’autre pas loin de mes fesses –‘ Pourquoi je ne suis pas étonnée. Je repris mon souffle. Il m’avait prise au dépourvu par un tel baiser. Je ne bougeais pas de ma position. Je le regardais un instant. Il était diablement sexy. Je le détestais. Si j’avais pu le posséder ce soir lui n’en était pas loin. Je devais reconnaitre qu’en fait on devait être au même niveau. J’arrivais à le rendre dingue de moi mais lui arrivait à me faire craquer pour un baiser. Maintenant que j’y repensais je crois bien que c’est la première fois que je lui rendais. Il faut bien une première fois à tout… Même si j’aurais préféré l’éviter >.> … Allez Damon il faut me lâcher maintenant. Difficile de se retirer de ses mains mais je finis par y arriver grâce à mon agilité de vampires. Sorcière simplement jamais je n’aurais réussi. Je me posais alors derrière lui, inspirais un grand coup et finit par le défiger. La suite fut tordante. Il faillit embrasser le mur xD !!!! Je tapotais son épaule…

___________________________
    Aucun souvenir dans notre mémoire ne nous laisse plus de
    satisfaction qu'une tentation à laquelle nous avons résisté.
    Tu ne m'auras pas, laisse tomber...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ce soir, c'est soirée...[Pv Aby]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce soir, c'est soirée...[Pv Aby]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le repas du soir = organisation !!!
» soirée disco sur la glace...
» Harry Roselmack : Premier JT ce soir à 20 heures
» Pour vos soirée jeux.
» soirée mutine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Journal d'un Vampire :: Oo La ville Fell's Church oO :: ° Le Centre De La Ville ° :: Nightclubs-
Sauter vers: